Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Trophée Bill-Masterton: Perry aimerait poursuivre

Publié | Mis à jour

À 35 ans, Corey Perry n’a pas encore établi ses plans pour la retraite. S’il pouvait entièrement contrôler son destin, le candidat du Canadien à l’obtention du trophée Bill-Masterton prolongerait d’au moins une autre saison sa carrière dans la LNH.

«J’aimerais jouer encore l’an prochain, j’ai toujours ce même désir, a dit Perry. Il n’y a pas de doute dans mon esprit que je peux poursuivre ma carrière. Mais on verra. Oui, le jeu a changé. Les joueurs sont plus rapides, plus jeunes, plus forts et ils ont encore plus d’habiletés, mais ça reste du hockey. Il faut être intelligent et apporter des choses à une équipe.»  

Perry, qui a signé un contrat d’un an et 750 000 $, s’est avéré un bon investissement pour le CH.

En 47 matchs cette saison, l’Ontarien a maintenu des statistiques respectables avec 21 points (9 buts, 12 passes) et un dossier de -3. S’il n’a plus sa touche de marqueur de ses grandes saisons avec les Ducks, Perry reste une présence importante devant le filet adverse et un bon meneur au sein de l’équipe.

«On le voit élever son jeu d’un cran dès que le match est sur la ligne, dès qu’il y a un moment important, a rappelé Dominique Ducharme. J’aime aussi sa façon de se comporter dans le vestiaire et sur le banc. Il transmet son calme aussi aux joueurs. Il trouve les bons mots pour guider l’équipe sans en dire trop. Il n’agit pas comme un cheerleader. Quand les gars l’entendent parler, ils savent que c’est important. Il a toujours des mots appropriés.»

Compétiteur dans l’âme  

Jake Evans a aussi décrit l’impact positif de Perry cette saison.

«Corey est un véritable pro, c’est un compétiteur dans l’âme, a expliqué le centre de 24 ans. Il donne toujours son 100 %. Il est un peu plus vieux, mais il fonce au filet et il va dans les endroits difficiles. Il a joué tellement de matchs dans la LNH [1092], mais il a encore la même énergie et la même passion.»

À l’image de l’an dernier, Perry pourrait devenir joueur autonome sans compensation à la fin de la prochaine saison. Le marché des joueurs autonomes s’ouvrira le 28 juillet cette année.

Une amende pour Edmundson  

Joel Edmundson aura besoin de sortir son chéquier. Le défenseur du Tricolore a reçu une amende de 1000 $ du comité de discipline de la LNH.

En fin de deuxième période lors du revers de 3 à 2 de samedi à Toronto, Edmundson a fait trébucher d’une manière dangereuse le capitaine des Maple Leafs, John Tavares.

Edmundson n’avait pas écopé de punition pour son geste.

Pour l’amour du hockey  

Corey Perry avait toujours la flamme qui brûlait en lui. Une flamme tellement vive qu’il a choisi de poursuivre sa carrière à Montréal même s’il laissait derrière lui à London en Ontario sa femme Blakeny et son fils de trois ans, Griffin.

«J’ai fait plusieurs sacrifices, je n’ai pas eu de vie de famille cette année, a reconnu Perry. Je me retrouve seul à Montréal. Ma femme m’a aidé et elle m’a encouragé à poursuivre mon rêve. Elle a eu une attitude géniale. Ce n’est pas facile de rester loin d’elle et de mon jeune garçon. Ma famille m’a soutenu à 100 %. Quand j’ai reçu l’appel du Canadien, j’ai fait mes valises et j’ai conduit de London à Montréal. Je ne les ai pas vus depuis ce jour.»

Perry a pris la route de Montréal le 28 décembre dernier. À une semaine de l’ouverture des camps dans la LNH, l’Ontarien de 35 ans a paraphé un contrat d’un an et 750 000 $ avec le CH.

Il n’a pas prolongé sa carrière par un désir de s’enrichir. Avec des revenus de 85 millions à ses quinze premières saisons dans la LNH, il aura assez d’argent pour assurer ses vieux jours. Et ceux des générations à venir.

Sur le plan hockey, il a assez d’histoires à raconter à son fils Griffin avec une bague de la Coupe Stanley, deux médailles d’or aux Jeux olympiques, une médaille d’or au Championnat du monde senior et junior, un titre de la Coupe Memorial et une conquête des trophées Maurice-Richard et Hart.

Son rêve d’enfance  

Malgré un curriculum vitae des plus garnis et une situation familiale délicate en raison de la pandémie de la COVID-19, Perry n’a jamais hésité à prolonger sa carrière d’une saison. Il l’a fait par amour pour son sport.

«Je veux juste jouer, je veux encore gagner, a-t-il expliqué. Quand tu gagnes une fois, tu veux répéter ce sentiment. Nous étions proches l’an dernier à Dallas. Nous avons perdu en finale lors du sixième match contre le Lightning. La défaite a fait mal, mais j’ai encore cette motivation en moi.»

«Jouer au hockey, c’est ce que je voulais faire quand j’étais un enfant, a-t-il poursuivi. Quand j’avais trois ou quatre ans, j’avais dit à mes parents que j’étais pour jouer à la télévision. J’ai réalisé mon rêve et je veux m’y accrocher le plus longtemps possible. Tu veux vivre la camaraderie et ça va te manquer quand ça sera fini. Quand c’est fini, c’est fini, tu retournes à la vie quotidienne et tu n’as plus ce lien.»

Le modèle de Selanne  

Perry aura encore besoin d’attendre avant de savoir s’il fera un long parcours avec le CH en séries. Mais il a déjà reçu une marque de reconnaissance. L’ancienne gloire des Ducks d’Anaheim a été élu le représentant du Canadien pour l’obtention du trophée Bill-Masterton, qui couronne le joueur montrant la plus grande persévérance, esprit d’équipe et dévouement pour le hockey.

C’est un prix qui est décerné par l’Association des chroniqueurs de hockey professionnel (PHWA). Des 31 candidats, un par équipe, trois se présenteront à Vegas pour la remise des trophées individuels à la fin de la saison.

À Montréal, Perry a fait un détour par l’escouade des réservistes avant de jouer un premier match. Il a regardé les cinq premiers matchs de la passerelle de presse. Malgré son statut d’ancienne vedette, il n’a jamais montré de signes d’impatience, plaçant l’équipe avant lui. Cette patience lui a finalement permis de s’établir comme l’un des attaquants réguliers de l’équipe.

«Quand tu vieillis, ton rôle change un peu, a noté Perry. Je veux rester calme et j’accepte mon sort. Je fais ce qu’on me demande, je n’ai pas changé mon jeu. Je reste le même joueur qu’à mes débuts dans la LNH il y a 16 ans. Oui, les gars sont plus rapides, plus forts, mais j’ai appris à rouler avec les coups.»

Cette résilience et cette force de caractère, Perry les a aussi acquises en côtoyant de bons coéquipiers lors de sa longue carrière.

«Je pense à Teemu Selanne, un membre du Temple de la renommée. À ma première année à Anaheim (2005-2006), Teemu revenait d’une sérieuse blessure à un genou. On se posait des questions sur son avenir. Mais il avait rebondi avec une saison de 90 points et 40 buts. Il m’avait prouvé que si tu y places les efforts et le cœur qu’il n’y a rien d’impossible.»

En 2006, Selanne avait justement gravé son nom sur le trophée Bill-Masterton.

Un jour, Perry pourrait retrouver Selanne à Toronto avec une place au Temple de la renommée.

Les récents gagnants du trophée Bill-Masterton.    

  • 2020: Bobby Ryan Sénateurs d’Ottawa  
  • 2019: Robin Lehner Islanders de New York  
  • 2018: Brian Boyle, Devils du New Jersey  
  • 2017: Craig Anderson, Sénateurs d’Ottawa  
  • 2016: Jaromir Jagr, Panthers de la Floride    

Les récents candidats du CH au trophée Bill-Masterton    

  • 2020 — Shea Weber  
  • 2019 — Andrew Shaw  
  • 2018 — Antti Niemi  
  • 2017 — Paul Byron  
  • 2016 — Mike Condon    

Les joueurs du CH qui ont gagné le trophée Bill-Masterton    

  • 2012 — Max Pacioretty  
  •  2002 — Saku Koivu  
  • 1979 — Serge Savard  
  • 1974 — Henri Richard  
  • 1968 — Claude Provost