Crédit : ALARIE PHOTOS/L'ECHO DE LAVAL/AGENCE QMI

LNH

Jean-Jacques Daigneault lorgne la retraite

Publié | Mis à jour

Jean-Jacques Daigneault a gravité dans le monde du hockey toute sa vie. Après une carrière de 899 matchs dans la LNH, il a fait la transition vers le rôle d’instructeur. Et quinze ans plus tard, le Montréalais de 55 ans en a possiblement fini avec le hockey. 

«C’est une possibilité. Je suis en train d’un peu tout peser», d’expliquer l’ancien défenseur des Canadiens de Montréal dans une entrevue à «JiC», lundi, à TVA Sports.

Au cours des prochains jours, l’ancien défenseur des Canadiens de Montréal retournera en Arizona, là où il a déniché son premier emploi derrière le banc d’un club et où se situe sa résidence principale. 

En paquetant biens et souvenirs dans ses boîtes, il commence à digérer son congédiement par les Mooseheads de Halifax, le mois dernier.

Reste qu’il ne comprend pas la décision de son ancien coéquipier et propriétaire du club junior.

«Quand j’ai laissé Bobby Smith au téléphone, le 21 avril, je me posais beaucoup de questions. Donc j’ai essayé d’avoir beaucoup de réponses à mes questions, confie-t-il. 

«Mais je pense qu’il faut aller de l’avant. La poussière est retombée et ces questions-là, je ne me les pose plus vraiment.

Surpris de la décision     

Daigneault croyait demeurer à la barre d’une équipe en reconstruction et qui a fait le plein de jeunes l’an dernier. Il croyait être celui qui les guiderait à maturité, surtout qu’il avait paraphé une entente de plusieurs saisons, lorsqu’il a été embauché durant l’entre-saison en 2019. 

«J’ai été extrêmement surpris (de la décision). Je ne m’y attendais pas pour être honnête. J’ai signé un contrat de trois ans et je me plaisais bien dans mon travail avec la jeune équipe. 

«L’an passé, on a échangé tous nos bons joueurs contre des choix de premier tour. Cette année, j’avais le club le plus jeune de la Ligue de hockey junior majeure du Québec. On jouait avec quatre joueurs de 16 ans, parfois cinq.»

Les Mooseheads ont conclu la saison avec une fiche de 15-19-9, au quatrième rang de la section Atlantique. Ils affichent toutefois le deuxième plus haut cumulatif de buts du circuit en 2020-2021 avec 154 filets.

«J’aurais peut-être aimé ça rester ici et grandir avec ce club-là. Il y a une bonne base. Le fait que j’aie été congédié n’a rien à voir avec les victoires ou les défaites, donc j’ai essayé de creuser pour voir où ça s’est passé. 

«Trop exigeant pour le personnel, ou... alors c’est fait. Je pense qu’on peut voir depuis les derniers jours dans toutes les sphères du hockey que le coaching, ce n’est pas pour les sensibles. 

Un mot sur le CH     

En ce qui est du CH, où il a été adjoint de 2012 à 2018, Daigneault dit suivre l’équipe régulièrement, mais il ne veut pas dire s’il s’agit de la meilleure édition construite par son ami d’enfance, Marc Bergevin.

«Les Canadiens ont de bons atouts et c’est dommage que Carey Price soit blessé, croit-il. Marc a fait de bonnes acquisitions en défense.»

«Il y a un repêchage d’expansion cet été et plusieurs de ces défenseurs se trouveront un autre chandail.»

Parlant de chandail, il ne faut pas s’attendre à trouver dans les boîtes fraîchement scellées les maillots d’équipes qu’a revêtus Daigneault au fil de temps. Il les a tous liquidés.

«Il ne reste plus rien, assure-t-il. Un déménagement est une opportunité pour nous de faire un ménage dans nos effets personnels. 

«C’est ce que je fais maintenant.»