Marc Bergevin

Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Renaud Lavoie

Marc Bergevin doit rester

Marc Bergevin doit rester

Renaud Lavoie

Publié 10 mai
Mis à jour 10 mai

Trop souvent au cours des dernières années, on a vu des directeurs généraux bâtir de superbes formations et ne pas être en mesure d’en récolter les fruits. 

Je pense à Dale Tallon qui s’est fait enlever le titre de directeur général des Blackhawks en juillet 2009 et qui a vu son successeur, Stan Bowman, soulever la coupe Stanley 11 mois plus tard. 

Heureusement Stan Bowman est toujours en poste et a remporté deux autres coupes à Chicago, mais Tallon a été privé d’être reconnu comme celui qui a bâti cette dynastie. Un autre exemple est celui de Rick Dudley, qui a rebâti le Lightning de 1999 à 2002 avant de voir Jay Feaster remporter le fameux trophée en 2004.

Est-ce que cette situation pourrait se répéter, mais cette fois à Montréal? La question mérite d’être posée. On a appris au cours de la fin de semaine, via mon collègue Elliotte Friedman, que des discussions entre Marc Bergevin et Geoff Molson ont commencé au sujet d'une éventuelle prolongation de contrat alors qu’il ne reste qu’une seule saison à l’entente du directeur général de l’équipe. Mais comme vous le savez, dans ce genre de situation, il faut être deux pour danser et il sera intéressant de voir comment ce dossier va se régler. 

Bergevin sera en demande

Au cours des dernières années, Marc Bergevin a eu le feu vert pour reconstruire sa formation, et maintenant, son équipe peut commencer à voir grand. En entrant en séries avec l’équipe actuelle, si tous les joueurs reviennent en santé, les Canadiens ne seront pas facile à battre. Est-ce que ça veut dire que le CH jouera encore au hockey en juillet? Peut-être que non, mais vous savez comme moi que tout, mais vraiment tout est possible. Les Blues de 2019 en sont un très bel exemple. 

Bref, peu importe ce qui arrivera avec les Canadiens dans les prochaines semaines, il est évident que cette équipe aura de grandes ambitions dans les prochaines années. Elle n’est pas parfaite, mais avec des jeunes qui vont continuer à se greffer à l’équipe, les attentes vont continuer de grandir. 

Un DG qui a son équipe à coeur

Marc Bergevin peut être fier de plusieurs choses qu’il a accomplies jusqu’à présent à Montréal. Il a complètement rebâti une organisation dès son arrivée. Tous les départements de l’équipe étaient défraîchis et il s’est assuré de s’entourer des bonnes personnes. Il a décidé de mettre beaucoup d’énergie sur le repêchage et on sent que, depuis cinq ans, les choses vont dans la bonne direction.

Que dire de ses nombreuses transactions depuis son arrivée à Montréal qui ont fait de lui un des directeurs généraux les plus compétents de la LNH à ce chapitre. Un de ses derniers coups de circuit est l’arrivée de Josh Anderson contre Max Domi. Sur le marché des joueurs autonomes sans compensation, il regrette probablement l'embauche de Karl Alzner, mais en neuf ans, c’est la seule fois qu’il a racheté le contrat d’un joueur à qui il a accordé un contrat le 1er juillet. Un de ses très grands coups est l’arrivée de Tyler Toffoli comme joueur autonome sans compensation, qui s’avère la plus belle embauche de l’automne dernier, et de loin.

Pas au chômage longtemps

Si pour une raison quelconque, Marc Bergevin ne serait plus le directeur général des Canadiens dans les prochaines semaines, il ne va pas demeurer au chômage longtemps. 

Il est reconnu dans la LNH comme un des très bons dirigeants, et une équipe n’hésitera pas à lui donner un poste important. Sans oublier que son successeur va hériter d’une maison qui est en ordre et qui n’aura pas besoin d’un grand projet de rénovation comme ce fut le cas à son arrivée en 2012. 

La fameuse première dose 

Jeudi et vendredi, tous les joueurs des Canadiens qui souhaitent être vaccinés le pourront. Les rendez-vous ont été faits, comme pour le commun des mortels, via Clic Santé, et les vaccins seront donnés à la clinique du complexe sportif Bell.

Afin d’éviter les débordements, la clinique de vaccination sera fermée pendant quelques heures pour les joueurs et membres du personnel, comme c’est le cas d’ailleurs avec toutes les formations canadiennes de la LNH. 

C’est une première étape importante alors qu’aux États-Unis, tous les joueurs qui le désiraient ont reçu leurs deux doses.