Crédit : AFP

F1

Red Bull et Mercedes en Espagne pour se départager

Publié | Mis à jour

Mercedes a-t-elle déjà refait son retard du début de saison sur Red Bull ? Si le Grand Prix du Portugal la semaine passée a pu donner cette impression, la F1 en aura le cœur net ce week-end en Espagne.

La dernière explication entre les deux écuries, sur le circuit de Portimao, a en fait apporté plus de questions que de réponses.

Les Mercedes (avec le Finlandais Valtteri Bottas devant le Britannique Lewis Hamilton) ont monopolisé la première ligne, mais la Red Bull de Max Verstappen aurait été en pole position si son chrono n'avait pas été annulé pour dépassement des limites de la piste.

Hamilton l'a emporté et Bottas, troisième, a pris le point du meilleur tour en course, mais celui-ci serait revenu au Néerlandais, deuxième, s'il n'avait pas de nouveau dépassé les limites de la piste. 

Quel est dès lors l'équilibre des forces à l'aube de la quatrième manche sur 23 programmées en 2021 ?

Le patron de Mercedes, Toto Wolff, disait après les qualifications être « quasiment au même niveau » que Red Bull dans l'exercice et disposer d'une « bonne voiture pour la course ».

Après le GP, Hamilton et Verstappen étaient plus mesurés. « Je ne pense pas que nous avons progressé mais plutôt que Red Bull a légèrement reculé ce week-end », disait le premier. « C'était un drôle de week-end », ajoutait le second. « Nous avons tout le temps manqué d'adhérence. Déjà l'an dernier, ça n'était pas un super circuit pour nous, donc il est difficile de juger. Attendons Barcelone. »

Il faut dire que si Portimao est un tracé méconnu (la F1 n'y a couru que deux fois, l'an passé et cette année) et atypique avec son asphalte glissant, le circuit espagnol de Barcelone-Catalogne est tout le contraire.

Après trente GP depuis 1991 et les essais hivernaux tous les ans entre 2014 et 2020, pilotes et écuries connaissent par cœur la piste catalane et celle-ci ne réserve guère de surprises.

Hamilton vise une 100e pole

On peut donc s'attendre à un nouveau duel roues contre roues entre Hamilton et Verstappen, avec Bottas et éventuellement le Mexicain de Red Bull Sergio Pérez en seconds couteaux. 

« Nous assistons à la bagarre la plus serrée (entre deux écuries) depuis longtemps », rappelle la star de Mercedes. « Ça se jouera à la fiabilité, à celui qui fera le minimum d'erreurs et aussi aux points bonus du meilleur tour en course, qui vont être très importants. »

Chez les pilotes, avec deux succès sur trois cette saison, le vétéran britannique de 36 ans devance de huit points l'ambitieux Néerlandais de 23 ans, une victoire à son compteur.

Et ce week-end, Hamilton a une deuxième occasion de s'offrir la 100e pole de sa carrière en F1. Avec désormais 97 succès en GP, il est également en route vers une 100e victoire tout aussi inédite dans la catégorie.

Chez les constructeurs, Mercedes mène avec 18 unités de mieux que Red Bull. C'est plus lié à la différence de résultats entre Bottas et Pérez, qui découvre encore son auto et a « beaucoup appris » au Portugal, qu'au niveau intrinsèque de leurs monoplaces.

Avec l'icône nationale Fernando Alonso, champion du monde 2005 et 2006, de retour en F1 chez Alpine et son héritier Carlos Sainz Jr débutant sous les couleurs de Ferrari, ce GP d'Espagne 2021 avait tous les ingrédients d'une belle fête populaire.

Le Covid-19 en a décidé autrement. D'abord prévu à huis clos, on roulera finalement devant 1.000 personnes dimanche, avant d'avoir 7.500 spectateurs par jour lors de la manche suivante à Monaco du 20 au 23 mai.