Crédit : Photo d'archives, AFP

NFL

Brett Favre s’imagine bien comment se sent Aaron Rodgers

Publié | Mis à jour

L’ancien quart-arrière vedette de la NFL Brett Favre s’imagine drôlement bien ce que peut vivre le pivot des Packers de Green Bay Aaron Rodgers, qui est en conflit avec la direction de son équipe.

En 2008, celui qui est aujourd’hui âgé de 51 ans était le partant des Packers, alors qu’un jeune Rodgers convoitait ce poste.

La situation entre les deux athlètes est plutôt similaire, même si elle compte quelques éléments qui la différencient. La formation du Wisconsin avait alors demandé à Favre de prendre une décision quant à son avenir. Ce dernier avait pris sa retraite, avant de changer d’idée, pour finalement terminer sa carrière en tant que membre des Jets de New York, puis des Vikings du Minnesota.

«Je crois connaître Aaron assez bien et je ne crois qu’il va simplement revenir en disant : "enterrons la hache de guerre, peu importe ce qui a causé ce conflit, et je vais revenir et jouer parce que j’aime mes coéquipiers et les amateurs de Green Bay", de dire Favre en entrevue avec la radio de ESPN, mercredi. Je présume qu’il le fait, mais son désagrément n’est pas avec les amateurs ou les joueurs. C’est avec la direction. Est-ce qu’il pourrait ravaler sa fierté et se présenter tout de même? Peut-être, mais je ne vois pas ce scénario se concrétiser.

«S’il n’y a pas d’échange, mon instinct me dit qu’il aimerait mieux rester chez lui que de jouer.»

La situation entre Rodgers et son organisation a pris une tournure inattendue, un peu avant le repêchage de la NFL, quand plusieurs médias ont fait savoir que Rodgers était en furie et qu’il avait mentionné à quelques membres de l’équipe qu’il ne serait pas de retour. La libération du receveur Jake Kumerow par les Packers aurait joué pour beaucoup dans la frustration de l’athlète de 37 ans.

«Merci de prendre des nouvelles. Je vais te recontacter quand tout ça sera fini», a répondu Rodgers à Favre dans un court échange de courriels divulgué par le doyen.

Peu optimiste

Favre souhaite que le conflit entre les Packers et Rodgers se termine mieux que celui entre l’organisation et lui-même.

«J’aimerais le voir gagner un autre Super Bowl avec Green Bay, a ajouté Favre. Mais la vie est trop courte et je veux qu’il soit heureux. Il a été là aussi longtemps que moi, donc je sais ce que ça représente, et il a présenté des statistiques impressionnantes.

«Tu ne veux pas quitter de cette façon, que ce soit en restant à la maison ou en jouant pour une autre équipe.»

«Ce sera intéressant de voir ce qui se passera entre le jour présent et le début du camp d’entraînement, mais je ne suis pas très optimiste.»