Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Les Sénateurs regardent devant

Publié | Mis à jour

Pour une quatrième saison consécutive, les Sénateurs d’Ottawa ne participeront pas aux séries éliminatoires et en dépit des défaites qui se sont empilées en 2020-2021, l’organisation du directeur général Pierre Dorion peut aborder le futur avec optimisme.

La défaite de 3 à 2 en prolongation subie aux mains du Canadien de Montréal, samedi, a officialisé l’exclusion des «Sens», qui continuent cependant de vendre chèrement leur peau soir après soir. Hormis les Oilers d’Edmonton ayant gagné tous leurs affrontements face aux hommes de l’entraîneur-chef D.J. Smith cette année, les autres formations de la section Nord ont dû trimer dur contre eux. D’ailleurs, Ottawa a vaincu six fois les Flames de Calgary et cinq fois le Tricolore, en plus de soutirer trois victoires aux Maple Leafs de Toronto.

Avec la présence de jeunes comme Tim Stutzle, Brady Tkachuk, Drake Batherson et Thomas Chabot, l’avenir s’annonce prometteur à Ottawa, où l’organisation pourrait également profiter d’une position avantageuse au prochain repêchage. Celle-ci aura ainsi à mieux entourer ses éléments-clés afin de continuer la progression.

«En revenant sur notre calendrier régulier, je pense que sans cette mauvaise séquence du début, nous avons connu une bonne saison. On a renversé la vapeur et c’est très positif pour ce groupe, a commenté Chabot au quotidien "Ottawa Sun" il y a quelques jours. Il y a encore beaucoup de travail à faire et chaque année constitue un nouveau départ. C’est toujours dur de gagner des matchs et nous savons que le défi sera continuellement différent. Cependant, on regarde vers l’avant et nous formons un groupe de jeunes souhaitant remporter des rencontres. On veut batailler et constituer un club qui obtiendra du succès dans les années à venir.»

Équipe enjouée et dynamique

Les statistiques donnent raison à Chabot, car les Sénateurs affichent un dossier de 19-27-5 actuellement; en début de campagne, ils avaient encaissé neuf échecs consécutifs après un gain d’entrée de jeu. Leurs opposants savent qu’ils auront à offrir un effort maximal pour venir à bout d’eux. Ce sera le cas jusqu’à la fin.

«On ne s’est pas récemment préoccupé de la possibilité de se qualifier en séries ou d’autres trucs du genre. On a œuvré pour notre club et notre groupe en prévision de la prochaine saison. Ce fut un gros défi pour nous cette année. [...] Nous affrontons des formations souhaitant gagner la coupe Stanley et il n’y a pas de soirées de congé, a souligné Chabot. C’est dur, c’est du hockey physique et robuste chaque soir.»

Pour sa part, Tkachuk ne veut sûrement pas que ses coéquipiers modifient la recette actuelle. Avec cinq matchs à disputer avant les vacances, Ottawa a encore des chances d’éviter la cave de la section Nord.

«Nous affichons nos vraies couleurs présentement, a-t-il dit. Nous sommes une équipe agréable à regarder et il est plaisant d’en faire partie. Grâce aux succès qu’on a pu obtenir, nous avons appris beaucoup. [...] On a fait face à de l’adversité au début de l’année et la seule façon de s’en sortir était de miser sur l’éthique de travail et le bon jeu collectif. C’est ce qu’on a fait et nous jouons avec pas mal d’ardeur.»

«Nous laissons tout sur la glace. Chaque jour, on peut se regarder dans le miroir en se disant qu’on a tout donné.»