Crédit : Photo Pierre-Paul Poulin

Balados

Chiasson était prêt à répondre de ses actes

Publié | Mis à jour

Même s’il n’a jamais voulu blesser le gardien du Canadien de Montréal Carey Price, l’attaquant des Oilers d’Edmonton Alex Chiasson sait très bien comment fonctionne la Ligue nationale de hockey (LNH) et était prêt pour faire face aux conséquences de son geste.

Répétant que la collision est le résultat d’une mauvaise lecture de jeu de sa part, Chiasson estime ne pas avoir eu le temps d’éviter le gardien sur la séquence. Il s’est excusé auprès de l’homme masqué, mais ses mots n’ont pas suffi pour calmer la grogne dans les rangs du Bleu-Blanc-Rouge.

En effet, le capitaine Shea Weber et l’attaquant Josh Anderson ont lancé le message dès la séance d’échauffement du match suivant entre les deux clubs, peu après qu’on eut annoncé une commotion cérébrale à Price. Chiasson a finalement dû se battre contre le grand Corey Perry pendant la partie.

«Ça fait partie de la "game", a lancé Chiasson lors d’une entrevue pour le balado "Temps d'arrêt" de Louis Jean. Si quelqu’un avait fait ça à notre gardien, avec le même genre de collision... Je suis dans la ligue depuis assez d’années. C’est comme ça. Des fois, il faut que tu répondes à l’appel.»

«Quand c’est arrivé pendant l’échauffement... Tu sais, on est tous humains. C’est arrivé et j’aurais fait la même chose si j’avais été dans l’équipe. Dès le début, j’étais prêt, j’ai répondu à l’appel et je respecte ça. Je ne suis pas un gars qui se bat 10 fois par année. Ça arrive de temps en temps et c’est arrivé.»

Trouver sa niche

Chiasson a également commenté son parcours chez les Oilers, où il a trouvé sa place. Pourtant, il avait participé à son premier camp d’entraînement avec l’équipe, avant la saison 2018-2019, avec seulement un contrat d’essai professionnel en poche.

La suite est connue: il a totalisé au cours des mois suivants 22 buts et 38 points en 73 parties, ce qui demeure, à ce jour, sa meilleure campagne en carrière.

«Je te dirais que ç’a été trois années vraiment mouvementées, du côté émotionnel et pour mon évolution comme joueur, a-t-il expliqué. Quand je suis arrivé, je n’ai pas joué les cinq ou six premiers matchs. Par la suite, j’ai connu ma meilleure saison dans la Ligue nationale.»

«Donc, je me suis vraiment trouvé une niche ici. Je me sens bien, c’est un bon "fit" dans la chambre et j’ai l’opportunité de jouer sur l’une des meilleures unités en avantage numérique.»