Crédit : AFP

Baseball - MLB

Fernando Tatis fils au cœur d’une rivalité de plus en plus intense

Publié | Mis à jour

Les Padres de San Diego n’ont pas l’intention de s’en laisser imposer par les champions en titre de la Série mondiale, les Dodgers de Los Angeles, cette saison et leur jeune vedette Fernando Tatis fils transmet un message pour le moins éclatant ces jours-ci.

L’athlète de 22 ans a de nouveau fait l’étalage de tout son talent en claquant deux circuits dans un second match consécutif, samedi, au Dodger Stadium. La veille, il avait envoyé un clin d’œil à l’exploit de son père réalisé 22 ans auparavant jour pour jour au même endroit, le paternel ayant réussi deux grands chelems durant la même manche avec les Cardinals de St. Louis. Le fils s’est «contenté» de deux longues balles dans cette rencontre remportée 6 à 1 par les siens.

Samedi, il a récidivé dans une défaite de 5 à 4, sauf que cette fois, ce sont davantage ses célébrations qui ont attiré l’attention, particulièrement dans le camp des Dodgers. À la suite de chacun de ses coups de canon, il a imité Trevor Bauer – la victime des deux circuits – en y allant de gestes faisant partie de l’apanage du lanceur.

Sur le premier, il s’est couvert l’un des deux yeux en jetant un coup d’œil vers le banc des Padres, ce qui rappelait les habitudes de Bauer au camp d’entraînement. Puis, sur le second, il a emprunté la démarche du «Billionaire Strut» du combattant Conor McGregor, qui a aussi été utilisée par l’artilleur des Dodgers.

Or, Bauer ne s’en offusque aucunement. «Il l’a fait la première fois, puis encore sur le deuxième circuit. Leur banc le faisait également. J’aimais ça, a-t-il admis au réseau SportsNet LA. Je crois que les lanceurs leur ayant répliqué en atteignant des frappeurs, en lançant à l’intérieur ou en devenant colériques sont plutôt faibles. [...] Je n’ai pas de problème avec cela et je pense que c’est important, car le sport s’en va vers cela. Il faut arrêter d’atteindre des frappeurs parce que leur équipe a souligné ses succès sur le terrain.»

Pas de gêne

Pour sa part, Tatis fils ne s’en cache pas. Il est important pour lui de laisser libre cours à l’expression de ses sentiments du moment.

«C’est plaisant en sachant que vous affrontez un gars comme lui. Il fait ses trucs et a du plaisir sur le monticule. Et quand vous réussissez contre lui, vous fêtez également», a-t-il dit au site MLB.com.

Avant le match de dimanche, San Diego occupait le troisième rang de la section Ouest de la Ligue nationale de baseball avec quatre parties de retard sur Los Angeles.

Shohei Ohtani se fait valoir... au champ gauche

Excellent comme lanceur et comme frappeur désigné avec les Angels de Los Angeles, Shohei Ohtani a montré qu’il pouvait être encore plus polyvalent en œuvrant au champ gauche. 

Lorsque Joe Maddon a décidé de faire lancer le voltigeur Anthony Bemboom en huitième manche dans un cinglant revers de 16 à 2 face aux Astros à Houston, un véritable casse-tête se dressait devant le gérant, à court de suppléants.

Ohtani a toutefois lui-même proposé de dépanner, se retrouvant pour la première fois sur le terrain en défensive sans être au monticule dans le baseball majeur.

«En fait, [Ohtani] en a parlé parce que j'allais faire plusieurs choses différentes et il a dit qu'il se sentait très bien à l'idée d'aller dans le champ gauche. Ç'a rendu [la décision] très facile», a expliqué Maddon après la partie, selon le site officiel du baseball majeur.

Pas question, toutefois, d’en faire une habitude. Maddon reviendra à une utilisation plus normale pour le phénomène japonais.

«C’était une [mesure] d’urgence, mais je peux le voir n'importe où sur le terrain, a expliqué Maddon. Le gars est un si grand athlète. C'était par nécessité aujourd'hui, cela ne fait pas partie des plans, mais je vous dis qu'il pourrait le faire.»

Ohtani montre une moyenne au bâton de ,292 cette saison, ayant frappé six circuits et produit 15 points en 18 rencontres. Il a également remporté ses deux départs sur la butte, revendiquant une moyenne de points mérités de 1,04.