Club de foot Montréal

Samuel Piette heureux de passer la balayeuse

Publié | Mis à jour

Le milieu du CF Montréal Samuel Piette retrouve un rôle plus défensif dans lequel il excelle sous les ordres de Wilfried Nancy, mais il estime avoir beaucoup appris de son expérience plus près du filet adverse en 2020.

Piette a principalement évolué comme milieu défensif, communément appelé numéro 6, au cours de sa carrière. Il jouait plutôt le rôle de relayeur, en position 8, lorsque Thierry Henry était aux rênes de l’équipe.  

S’il estime que son retour dans sa propre zone lui permet de maximiser son talent et d’exploiter ses qualités, il pense toutefois avoir ajouté quelques cordes à son arc.

«Je pense que l’an dernier, on m’a mis dans des positions différentes, et inconfortables au début, parce que c’était nouveau. Tu te retrouves à des endroits différents. La pression vient différemment. Donc, j’ai dû apprendre à gérer cette nouvelle pression-là. De nouveaux angles quand je reçois la balle, des nouvelles courses», a-t-il analysé, mardi, en vidéoconférence.

«Ainsi, je pense qu’offensivement avec la balle, si je suis capable d’être aussi à l’aise qu’en numéro 8 où les espaces sont un peu plus restreints, je peux jouer à un niveau supérieur.»

Le pain et le beurre  

Piette a toutefois gravi les échelons comme milieu défensif, une position où sa hargne et son énergie permettent à la formation montréalaise de récupérer des ballons. C’est dans cette facette que Piette tire le plus de fierté.

Et pas question, non plus, de compliquer les choses. Il ne veut pas dénaturer son rôle au sein du jeu défensif ni être à l’origine de revirements malheureux qui pourraient nuire à son équipe.

«Comme je le dis toujours, mon pain et mon beurre, c’est de récupérer les ballons, d’être en avant de la défense et de passer la balayeuse, a-t-il imagé. C’est ce que j’aime faire, c’est ce dans quoi je suis bon. Mais si je suis capable d’emmener ce que j’ai appris l’an dernier, en numéro 6, je vais élever mon jeu à un autre niveau.»

«Être numéro 6, ce n’est pas jouer comme un numéro 8. Il faut être parfois un peu plus prudent parce que tu es normalement plus proche de ton but. Donc, plus de prises de risques peuvent égaler plus de dangers pour ton équipe, chose que je ne veux pas faire. Il y a des choses que j’ai apprises que je vais utiliser, mais il y a certaines choses qui sont à la base d’un bon numéro 6 que je dois garder et appliquer.»

Dose de confiance  

Piette est également revenu sur la convaincante victoire de 4 à 2 obtenue samedi face au Toronto FC. Selon lui, ce gain a insufflé une bonne dose de confiance à tous. Il a notamment eu une pensée pour Nancy, qui dirigeait un premier match dans la Major League Soccer.

«C’est une grosse dose de confiance, cette victoire-là contre Toronto, a-t-il dit. Ça fait du bien de voir que ce qu’on a travaillé ensemble, c’est ce qu’on a appliqué. On n’a pas dévié du plan de match. Ce qu’on travaille, ça fonctionne. C’est un gros moment de soulagement pour les entraîneurs aussi. C’est eux qui nous ont emmené cette tactique et ils voient que ça marche.»

La formation montréalaise se rendra maintenant au Nissan Stadium, samedi, pour y affronter le Nashville SC. L’équipe du Tennessee a arraché un verdict nul de 2 à 2 au FC Cincinnati, samedi, non sans avoir concédé les deux premiers buts lors des 12 minutes de jeu initiales.

L’effort et la discipline devront également être au rendez-vous, sans quoi les premiers moments de réjouissance de la saison seront rapidement oubliés.

«C’est à répéter samedi contre Nashville. Si on fait un faux pas ou qu’on dévie de ce qu’on a fait contre Toronto... bien [la victoire] contre Toronto ne vaudra pas grand-chose.»