Canadiens de Montréal

«À l'interne, on est extrêmement préoccupés...»

Publié | Mis à jour

Un sacre, un trophée, une bague... les athlètes professionnels jouent pour aspirer aux grands honneurs. Et à regarder les performances inégales des Canadiens de Montréal depuis une dizaine de jours, plusieurs experts et partisans ne donnent pas cher de leur peau en éliminatoires.

«Les joueurs jouent pour une bague. Et la manière dont les Canadiens jouent, ils n’en auront pas de bague. Pas s’ils continuent de jouer comme ils le font», a analysé l’animateur de TVA Sports Louis Jean, dimanche matin, à LCN.

À voir dans la vidéo, ci-dessus. 

«Depuis un certain temps, je dirais que c’est extrêmement inquiétant.»

Après la rencontre, plusieurs partisans ont exprimé leur colère sur les réseaux sociaux pour critiquer la fade performance du CH face aux Sénateurs d’Ottawa, qui ont blanchi l’adversaire pour la première fois en deux ans. Le dernier jeu blanc du club remontait effectivement au 29 octobre 2019.

Pour Louis Jean, les joueurs n’ont qu’eux-mêmes à blâmer pour leurs insuccès.

«On essaie de trouver le coupable, mais je peux vous assurer qu’il n’est pas derrière le banc. Le problème n’est certainement pas le coach. On a congédié Claude Julien, Kirk Muller et Stéphane Waite, cette année. 

«À un moment donné, le problème est plus dans le vestiaire et dans l’engagement des joueurs.»

«Une équipe ou un ramassis de joueurs?»     

Certains internautes ont souligné l’absence de spectateurs dans les gradins du Centre Bell et que c’était mieux ainsi, sans quoi ils auraient exigé un remboursement.

Près de trois mois après le début de la saison, le directeur général Marc Bergevin se vante de ses acquisitions de vétérans aux bagues de la coupe Stanley, recrutés pour montrer l’exemple aux jeunes, mais aussi d’une profondeur sans précédent. 

Qu’en est-il? L’édition 2020-2021 du Bleu-blanc-rouge devait faire des ravages, mais elle se tire constamment dans le pied par les temps qui courent. 

«On est allé chercher beaucoup de bons joueurs, du monde qui a de l’expérience, et on s’en va toujours nulle part», insiste Louis Jean, qui ne voit pas l’identité réelle du club.

«Je me pose la question : est-ce une équipe ou un ramassis de joueurs? Il y a une énorme différence entre les deux. Il reste quoi, trois semaines et demie? Rien ne nous démontre que les joueurs sont capables d’être unis et de travailler vers un objectif commun.»

Attaque paralysée     

La défaite de 4-0 contre les Sénateurs a marqué le deuxième revers en une semaine par jeu blanc. Depuis samedi dernier, les hommes de Dominique Ducharme ont marqué une moyenne de 1,4 but par match.

«Il n’y a pas d’offensive et ils ne sont pas capables de marquer, déplore Louis Jean. Quand ça compte et qu’on se dit qu’ils vont sortir forts, c’est le contraire qui se produit. Je trouve ça gênant et extrêmement inquiétant.»

Le CH se dirige maintenant vers un périple de cinq matchs en Alberta. L’effectif devra en profiter pour trouver la solution à leurs récents déboires. 

Surtout qu’ils risquent fort bien d’affronter les Maple Leafs de Toronto au tour initial des éliminatoires.

«Je vous le dis, je pense qu’à l’interne, que ce soit les joueurs, la direction ou le personnel d’entraîneurs, on est extrêmement préoccupés...»