Canadiens de Montréal

«C'est à cause de son nom qu'il est dans l'alignement»

Publié | Mis à jour

Les récentes performances des Canadiens de Montréal semblent indiquer que l’entraîneur-chef Dominique Ducharme sera dans l’obligation de réaliser des changements dans son alignement en vue du match de vendredi face aux Flames de Calgary.

La question se pose : qui sera laissé de côté par Ducharme lors des prochaines rencontres? La réponse est évidente aux yeux de l’analyste Maxim Lapierre...  

Eric Staal a connu un premier match de rêve dans l’uniforme du Tricolore, mais l’attaquant n’a pas réussi à poursuivre là où il a laissé. Staal demeure toutefois sur le quatrième trio au détriment du jeune Jake Evans. 

«Eric Staal, en le faisant jouer en ce moment, le message que tu lances à l’équipe et à Jake Evans c’est que le gars qui arrive de Buffalo, où les valeurs ne sont pas les plus belles, qui ne fait rien et qui ne travaille pas mérite quand même son temps de glace», a lancé Lapierre jeudi sur les ondes de TVA Sports. 

L’ancien attaquant du CH ajoute que c’est simplement «à cause de son nom que Staal est dans l’alignement».

Il s’est d’ailleurs porté à la défense d’Evans, lui qui estime que le jeune joueur n’aurait jamais dû sortir de la formation. 

«Ce gars-là travaillait très bien. Il ne changeait pas l’allure d’un match, mais il amenait peut-être les autres à performer plus sur la patinoire.» 

Depuis la transaction amenant Eric Staal à Montréal, le Bleu-Blanc-Rouge n’a signé que deux victoires en six rencontres. Lors de cette séquence, Eric Staal a inscrit un seul but, sans récolter de mention d’aide et affiche un différentiel de -7. Le vétéran de 36 ans a décoché huit tirs au but. 

Lapierre a toutefois affirmé que Staal n’est pas l’unique responsable des déboires du club. Loin de là. 

«Il y a trop de passagers chaque soir. Tu peux en avoir trois par soir, pas 12.» 

Sans vouloir ajouter de l’huile sur le feu, l’équipe de «Dave Morissette en Direct» a montré que les Sabres affichent de meilleurs résultats depuis le départ d’Eric Staal. 

En 11 matchs sans l’ancienne gloire des Hurricanes, Buffalo a remporté cinq parties en 11 affrontements, alors qu’ils avaient signé six gains en 32 matchs avec Staal.

À voir dans la vidéo ci-dessus.