Canadiens de Montréal

Une soirée inoubliable pour Eric Staal

Publié | Mis à jour

Le premier match d’Eric Staal avec les Canadiens restera très longtemps gravé dans sa mémoire. Personne n’aurait pu imaginer un meilleur scénario que celui de procurer la victoire à sa nouvelle équipe en marquant le but gagnant en prolongation.

«J’ai eu beaucoup de plaisir ce soir!» s’est exclamé la nouvelle acquisition du Tricolore après le match.   

Même s’il a joué les héros, le vétéran a tenu à souligner le travail de ses coéquipiers: «Évidemment j’ai marqué le but gagnant, mais je suis heureux de notre jeu collectif. Nous avons eu des hauts et des bas en début de match, mais nous sommes restés combattifs.»

Lorsque Staal a tiré et que la lumière a retenti derrière Mike Smith, tout le monde s’est imaginé l’ambiance qu’il y aurait eu dans un Centre Bell plein à craquer. Le contexte était parfait. Le moment était grand. 

Après tout, le numéro 21 a offert au Tricolore sa première victoire de la saison en prolongation.

Le principal intéressé s’est aussi dit, après coup, que même s’il était heureux d’avoir donné la victoire à son équipe, il n’a pu éviter de se dire qu’un tel moment aurait été encore plus grandiose avec des partisans dans les gradins : «J’ai pu ressentir l’énergie à travers les écrans et j’ai pu m’imaginer l’ambiance de l’endroit, car je sais ce que sait jouer ici quand l’amphithéâtre est plein, surtout dans ce genre de moment.»

C’est un autre vétéran, Paul Byron, qui lui a remis la rondelle du but gagnant, pour conserver un précieux souvenir de cette soirée inoubliable. Toutefois, Staal a la forte impression que la rondelle lui sera subtilisée par ses enfants, mais rien n’y fait, ce qu’il a vécu lundi soir demeurera à jamais un moment marquant dans sa prestigieuse carrière : «Ce sera toujours un moment spécial pour moi. Je vais probablement me faire voler la rondelle par mes enfants!»

Voyez le point de presse d'Eric Staal dans la vidéo ci-dessus.

Le point de presse de Corey Perry: 

Le point de presse de Tomas Tatar:  

Le point de presse de Dominique Ducharme: