JiC

La sérénité de Fucale

Publié | Mis à jour

Le gardien de but québécois Zachary Fucale a de bonnes raisons de sourire, ces jours-ci, lui qui a récemment paraphé une prolongation de contrat de deux ans avec l’organisation des Capitals de Washington.

Cette tape dans le dos, le portier de 25 ans l’a bien méritée. Après avoir quitté l’organisation des Canadiens en 2018, Fucale a traîné son baluchon à quelques endroits, de la Ligue américaine à la ECHL, en passant par la Coupe Spengler, sans jamais démériter. 

Après un solide début de saison avec les Bears de Hershey dans la Ligue américaine, le voilà récompensé.

«C'est un acte de confiance des Capitals pour moi», a souligné le sympathique athlète, jeudi, à «JiC»

«Mon parcours est passé par plein de chemins, a-t-il également mentionné. Signer pour deux ans de plus sur mon contrat actuel, c'est vraiment une belle petite récompense pour moi (...) ça fait vraiment du bien de me mettre au travail pour les deux prochaines années (l’esprit tranquille).»

Choisi au deuxième tour par le CH au repêchage de 2013, le chemin de Fucale semblait tracé : le natif de Laval allait faire ses classes, pour ensuite porter l’uniforme bleu, blanc et rouge. Ce n’est pas ce qui s’est produit. Certains seraient amers, mais Fucale n’est pas ce genre d’homme.

«Mon passage avec les Canadiens, ça fait déjà plusieurs années (...) mon but a toujours été de pouvoir jouer au hockey le plus longtemps possible, a-t-il rappelé. Je suis une personne assez privilégiée de pouvoir faire ça comme travail. C'est toujours un challenge. Il y a eu des moments de découragement, sans aucun doute. Des moments où je me cherchais. Des moments assez "toughs".»

«Mais les gens qui me connaissent savent que je suis assez déterminé, a-t-il poursuivi. Je continue à travailler tous les jours, j'adore ce que je fais et je suis vraiment content de la façon dont les choses se passent actuellement.»

Parce que le CH, c’est bien beau, mais ce n’est pas tout. Il se trouve que Fucale a su tirer profit de ses différentes expériences des dernières années.

«Je ne peux pas regretter tout ce qui s'est passé (...) mon rêve c'était de jouer pour les Canadiens, a-t-il expliqué. Ce rêve-là ne s'est pas réalisé, mais j'ai été dans la Ligue nationale, j'ai été auxiliaire pour quelques matchs. J’ai sept ou huit camps d'entraînement dans la Ligue nationale. Je suis là, je le vis mon rêve!»

«Je suis ailleurs, je réalise plein de choses et ça me donne la chance de vivre de super belles expériences», a également indiqué Fucale.

Qui plus est, le Québécois a l’impression d’être plus affûté que jamais au plan sportif.

«Je me suis cherché en tant que "goaler", a-t-il d’abord admis. J'ai dû me questionner sur comment je joue. Mais on dirait que les deux-trois dernières années, avec les Coupes Spengler, en étant en Floride l'année passée, je me suis créé un bon système auquel je crois vraiment et qui marche pour moi.»

Enfin, Fucale n’a pas hésité à lancer des fleurs à son ancien entraîneur Dominique Ducharme, avec qui il a connu énormément de succès dans la LHJMQ. Il est convaincu que Ducharme, qui pilote maintenant le Tricolore, fera de très bonnes choses pour l’organisation montréalaise.

«Dom dit les vraies affaires, a-t-il assuré. Il va être honnête à 100%. Il peut avoir du succès partout où il va et il l'a prouvé à tous les niveaux. Je ne doute pas de ses moyens. La manière dont il se comporte, dont il communique, il n'amène que du positif à un club.»

Voyez l’entrevue complète en vidéo principale.