Club de foot Montréal

Emanuel Maciel prêt à surprendre

Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

Reçu du club argentin San Lorenzo lors du transfert de «Nacho» Piatti l’hiver dernier, Emanuel Maciel a été l’une des belles surprises de la saison 2020 à Montréal.

L’Argentin de 24 ans a disputé 11 matchs, dont 10 comme partant, et a récolté trois mentions d’aide, toutes sur des longues passes de toute beauté.

• À lire aussi: James Pantemis a fait bonne impression

• À lire aussi: Wilfried Nancy est dans son élément

«Je suis très content de ma saison 2020, surtout du nombre de minutes et de matchs que j’ai pu accumuler», a-t-il dit avec l’aide d’un interprète.

«Je me suis senti à l’aise dès mes premiers matchs, mais je me suis malheureusement blessé et ça m’a ralenti par la suite.»

C’est une hernie sportive qui lui a fait rater six matchs au mois d’octobre et qui a nécessité une opération à son retour en Argentine, l’automne dernier.

Passer au suivant   

Maciel est arrivé à Montréal dans un continent et une culture qu’il ne connaissait pas, mais il était entouré de plusieurs Latino-Américains comme Maximiliano Urruti, Jorge Corrales et même Bojan Krkic, un Catalan qui faisait partie de la bande.

Cette année, il ne reste que lui Romell Quioto, mais on note l’arrivée de Joaquin Torres, lui aussi âgé de 24 ans et Argentin.

«On m’a beaucoup appris sur le club et la ville, et ça m’a ouvert des portes que je veux aussi ouvrir pour Joaquin», a-t-il dit au sujet de son compatriote qui n’est pas étranger pour lui.

«Je connaissais Joaquin, on s’est affronté dans les divisions inférieures en Argentine. C’est un grand joueur qui, avec ses aptitudes, peut s’adapter à la MLS.»

Apprentissage   

Au-delà de sa progression sur le terrain et de ce qu’il peut apporter comme milieu défensif ou relayeur, Maciel tient à poursuivre son intégration.

«Pendant la saison morte, j’ai continué les cours d’anglais et je comprends beaucoup mieux les explications et un coéquipier peut m’aider si je manque quelque chose.»

«L’an passé, ce sont Samuel Piette et Romell Quioto qui m’ont beaucoup aidé.»

Et considérant que Maciel mange du soccer, on peut s’attendre à ce qu’il montre des progrès intéressants cette année.