Crédit : Photo d'archives, Agence QMI

Canadiens de Montréal

«Je suis excité de le voir arriver» - Poehling

Benoît Rioux

Publié | Mis à jour

En quarantaine dans sa chambre d’hôtel à Montréal, l’attaquant Cole Caufield a appris, jeudi, qu’il faisait officiellement partie des trois finalistes pour l’obtention du trophée Hobey-Baker, remis au meilleur joueur de la NCAA. Ce fut une journée bien remplie pour le jeune espoir du Canadien, puisqu’il a aussi été présenté virtuellement sur Zoom à ses nouveaux coéquipiers du Rocket de Laval, en matinée, lors d’une rencontre d’équipe.

«Il est en quarantaine, mais cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas commencer à travailler avec lui», a indiqué l’entraîneur-chef Joël Bouchard, en vidéoconférence, jeudi. 

Avant ces présentations officielles auprès des joueurs, Bouchard avait déjà parlé de vive voix avec Caufield à deux reprises depuis la signature de son contrat professionnel, samedi dernier.

«Je sens qu’il est excité de devenir pro, il y a des joueurs avec qui il a joué et contre qui il a joué qui y sont déjà», a noté l’instructeur, précisant que Caufield devrait logiquement rejoindre physiquement le Rocket au cours de la semaine prochaine.

«Un joueur de grand calibre»

Naturellement, plusieurs membres du Rocket sont tout aussi excités à l’idée d’accueillir Caufield, choix de premier tour du Canadien au repêchage de 2019, après que celui-ci eut choisi de mettre fin à son parcours universitaire aux États-Unis.

«C’est un haut choix au repêchage [NDLR: 15e au total], mais c’est aussi un joueur de hockey de grand calibre, a qualifié Bouchard. Nous savons tous que ce n’est pas facile de faire ce saut, mais il a cette capacité. Nous sommes tous positifs de savoir qu’il se joint à l’équipe, c’est certain.»

L’entraîneur compte évidemment sur l’appui des vétérans du Rocket pour favoriser l’intégration du jeune espoir de 20 ans.

«Leur travail, c’est de l’encourager, d’être positif avec lui, de le texter et d’être de bons coéquipiers, a indiqué l’entraîneur. Pour le reste, on le laisse jouer et on va le guider.»

L’exemple de Poehling

Ryan Poehling, qui provient également des rangs universitaires américains, risque notamment d’être un bon conseiller pour Caufield.

«Je lui dirais, au départ: “ne pense pas trop, reste toi-même et aie confiance en ce joueur que tu as toujours été”, c’est la chose la plus importante», a affirmé Poehling, jeudi.

«Je pense qu’il s’agit d’un très bon ajout à notre équipe, a-t-il poursuivi. Notre jeu de puissance a été solide dernièrement et il peut y contribuer assurément. Je suis excité de le voir arriver. Il a un talent pour trouver le fond du filet et on peut avoir de la difficulté à comprendre comment il fait. Tout semble facile. Je suis excité à l’idée de le voir jouer et progresser au sein de l’équipe.»

Durant la récente saison, avec les Badgers de l’Université du Wisconsin, Caufield a récolté 52 points, dont 30 buts, en 31 rencontres. À propos du trophée Hobey-Baker, les deux autres finalistes sont l’attaquant Shane Pinto (North Dakota) et le gardien Dryden McKay (Minnesota State). L’identité du récipiendaire sera dévoilée le 9 avril, date qui pourrait concorder avec les débuts de Caufield dans l’uniforme du Rocket à Toronto.

- De retour à domicile après un long voyage de huit matchs, le Rocket jouera cinq parties lors des neuf prochains jours. Il accueillera le Heat de Stockton trois fois, à compter de vendredi, avant de visiter les Marlies, à Toronto, les 9 et 10 avril. Caufield pourrait faire ses débuts avec le Rocket dans un de ces matchs prévus à Toronto.