Canadiens de Montréal

«Carey n’a pas besoin de se réinventer»

Publié | Mis à jour

En raison de la quarantaine qu’il a lui-même dû respecter et de celle qui force maintenant l’équipe au repos, Sean Burke n’a pas eu l’occasion de sauter sur la glace avec Carey Price très souvent depuis qu’il a succédé à Stéphane Waite. Ce qui ne l’empêche pas de connaître l’athlète qu’il a sous la main.

Dans une généreuse visioconférence d’une quarantaine de minutes, le directeur des gardiens du Canadien a tenu à rassurer tout le monde.

Voyez la première partie du point de presse en vidéo principale et la suite au bas de l'article. 

«La plupart des gardiens avec qui j’ai travaillé ont fini par arriver à un point de leur carrière où ils devaient se réinventer. Carey n’a pas besoin de se réinventer. Il a encore de bonnes années devant lui. Mon rôle, c’est de l’aider à bâtir là-dessus», a déclaré Burke, rappelant qu’il avait eu passablement l’occasion de voir Price à l’œuvre depuis son embauche à titre de consultant des gardiens du Canadien, en 2016.

Par l’entremise de Marco Marciano, qui a travaillé auprès de Jake Allen et lui, le temps que Burke termine sa quarantaine, Price a semblé retrouver ses repères le temps de cinq rencontres. Au cours de ses deux dernières sorties, le gardien d’Anahim Lake a connu quelques ratés.

En écoutant discourir Burke, on comprend que c’est justement plus au niveau de la constance qu’au niveau de la technique que le jeu de l’homme masqué de 33 ans a des faiblesses.

«Je ne pense pas que, techniquement, il lui manque quelque chose. L’objectif de chaque joueur dans cette ligue est de démontrer de la constance. Quand tu atteins un niveau aussi élevé que celui qu’a atteint Carey, ce n’est pas facile», a indiqué Burke.

«Il y a toujours des ajustements à apporter, mais Carey possède une vaste expérience. Je ne viens pas ici pour réinventer la roue ou pour lui enseigner de nouvelles choses. Je viens pour travailler avec lui et l’aider à trouver cette constance», a-t-il poursuivi.

Reconnaître les situations

D’abord membre de l’équipe nationale canadienne, Burke a connu une carrière de 18 saisons dans la LNH. Il a traîné son baluchon au sein de huit formations. Il a souvent connu des saisons de misère, devant défendre la cage d’équipes peu compétitives.

Puis, à 35 ans, il a soudainement refait surface. Avec les Coyotes, il a terminé au quatrième rang du scrutin pour le trophée Hart en plus d’être finaliste pour l’obtention du trophée Vézina.

C’est en raison de ce large éventail d’expériences que Burke croit être en mesure d’aider le joyau du Canadien.

«Mon rôle est de reconnaître les situations pour être en mesure de l’encadrer. Tout le monde qui regarde les matchs peut dire si le gardien a été bon ou s’il a été faible. C’est là que mon expérience entre en jeu. J’ai traversé pas mal toutes ces situations, alors je sais exactement ce que le gardien ressent dans une situation donnée.»

Au moment de son congédiement, Waite avait révélé que, à compter du mois de mars, le plan était d’envoyer Price devant le filet sur une base un peu plus régulière.

Malgré le départ de Waite, le plan est demeuré intact. Depuis le début du mois, Price a pris place dans son demi-cercle huit fois en 11 matchs.

Sauf que le plan risque maintenant de tomber à l’eau. En raison des quatre matchs remis, le rythme du calendrier du Tricolore sera encore plus infernal que celui qu’il avait jusqu’ici.

La décision de l’entraîneur

Jeudi, Marc Bergevin a même affirmé qu’il fallait s’attendre à voir son équipe être impliquée dans des séquences de quatre matchs en cinq soirs.

«Je ne sais pas s’il y a un chiffre magique, mais nous avons le luxe de miser sur deux excellents gardiens, a souligné Burke. Quand je regarde à travers la ligue, je ne vois pas un duo de gardiens meilleurs que le nôtre quand nos deux gars jouent au sommet de leur art.»

On ignore quelle sera la décision à propos de l’utilisation des gardiens, mais Burke a assuré que ce ne serait pas la sienne.

«Ce sera la décision de l’entraîneur-chef. Si on me demande mon opinion, je serai ouvert à discuter. Mais, avant tout, mon rôle est de m’assurer que Jake et Carey soient prêts à jouer.»