USA-SPORT/

Crédit : Photo usa today network

Canadiens de Montréal

Caufield peut maintenant s'amener à Montréal

Publié | Mis à jour

Les Badgers du Wisconsin avaient de grandes ambitions. Ils rêvaient d’atteindre le Frozen Four, tournoi emblématique de la NCAA, pour la première fois depuis 2010.

Mais la petite équipe de Bemidji State a anéanti les espoirs des Badgers avec une victoire de 6 à 3, vendredi, au Webster Bank Arena à Bridgeport au Connecticut. 

Pour les Badgers et Cole Caufield, ça sonne maintenant la fin de la saison. Au premier tour du tournoi de la NCAA regroupant les 16 meilleures équipes aux États-Unis, les Badgers ont subi l’élimination.

Sur papier, les Badgers partaient largement favoris contre Bemidji State, une université située au Minnesota. Dans le camp des Badgers, on retrouvait deux des dix candidats à l’obtention du trophée Hobey-Baker en Caufield et Dylan Holloway, un choix de premier tour des Oilers d’Edmonton en 2020.

Il y avait dix joueurs repêchés par une équipe de la LNH dans le camp du Wisconsin contre aucun au sein de l’autre équipe.

«C’était une immense victoire pour nous, a dit le capitaine Ethan Somoza qui a terminé la rencontre avec deux buts et une passe. Nous n’avions pas participé à ce tournoi depuis 2009. Nous étions les négligés, mais nous avons gagné.»

Caufield : deux buts 

Dans la défaite, Caufield a fait ce qu’il a toujours réussi sur une glace. Le choix de premier tour du Canadien en 2019 a marqué deux buts en plus de récolter une passe. Assez silencieux pour les deux premières périodes, surtout à cinq contre cinq, le petit ailier droit a attaqué le filet de Bemidji State jusqu’à la dernière seconde.

«Ce n’est pas le meilleur sentiment au monde en ce moment, a affirmé Caufield rongé par les émotions. Ça fait mal.»

«Cole n’a pas abandonné, a renchéri Tony Granato, l’entraîneur en chef des Badgers. Il a connu une année phénoménale, aussi bonne que tout joueur collégial. Jusqu’à la dernière seconde, il faisait tout pour nous aider à revenir. Ça parle beaucoup de son caractère, de son développement. Il est très émotif en ce moment. On s’attendait à jouer pour encore quelques semaines. C’est difficile pour lui. Les gars se demandent pourquoi c’était déjà la fin.»

Quoi la prochaine étape ? 

Caufield n’avait pas encore eu le temps de digérer cette élimination rapide que déjà il devait parler de son futur. Après une deuxième saison où il a amassé 52 points (30 buts, 22 passes) en 31 matchs avec les Badgers, il pourrait choisir de ne plus retourner sur le campus de Madison au Wisconsin.

«Je n’y ai pas encore pensé, a répliqué le numéro 8. Notre saison vient juste de se finir. Je ne veux pas y penser pour l’instant. Je prendrai quelques jours.»

Marc Bergevin devrait logiquement cogner à la porte de Caufield pour lui offrir un premier contrat avec le CH au cours des prochains jours. Granato a aussi cette impression.

«Cole recevra un appel de son agent et de Montréal très bientôt, a prédit Granato. Le Canadien l’a vu jouer cette saison, les recruteurs aussi. Ils ont un plan. Je ne connais pas ce plan, mais je devine que c’est de l’amener le plus vite possible. La meilleure chose pour lui est de réfléchir à cette saison qui vient de se terminer et de parler à sa famille et ses proches avant de prendre sa décision. L’an dernier, il a mené le “Big Ten” pour les buts même s’il était une recrue. Cette année, il a dominé pour les points en plus de développer son jeu dans l’ensemble. En tant que coach, je lui en ai demandé beaucoup. Je manque de mots, je ne pensais pas devoir parler de possiblement son dernier match dès aujourd’hui.»