Tennis

Tennis: les Québécois vainqueurs de tournois

Publié | Mis à jour

Depuis une dizaine d’années, le tennis québécois rayonne sur la scène internationale. Dimanche, la jeune Leylah Annie Fernandez a été sacrée pour une première fois sur le circuit de la WTA, elle qui a triomphé à Monterrey au Mexique.

• À lire aussi: Un premier titre de la WTA pour Fernandez!

Question d’alimenter la nostalgie des amateurs de la discipline, voici quatre performances inspirantes de représentants de la Belle Province dans les plus hautes sphères du tennis mondial:

Leylah Annie Fernandez – Monterrey (2021)   

Crédit photo : Capture d'écran TVA Sports

À tout seigneur, tout honneur! À seulement 18 ans, Leylah Annie Fernandez vient de réaliser tout un exploit. La plus jeune joueuse inscrite au tournoi de Monterrey a évidemment remporté les grands honneurs, mais elle l’a surtout fait avec panache. 

Elle a remporté ses cinq matchs de la semaine sans céder une seule manche. Il s’agissait d’une deuxième finale pour Fernandez sur le circuit de la WTA, elle qui avait atteint le match ultime à Acapulco en 2020.

Félix Auger-Aliassime – Paris (2020)   

Crédit photo : Photo d'archives AFP

N’importe laquelle des sept finales qu’a atteint Félix Auger-Aliassime en simple mériterait sa place dans ce palmarès, mais le Québécois est toujours à la recherche de sa première victoire en solitaire chez les pros. Qu’à cela ne tienne, l’athlète de 20 ans a de quoi rendre tous ses compatriotes très fiers.

C’est une brillante performance en double qui a permis à Auger-Aliassime de soulever un premier trophée. En novembre 2020, lui et le Polonais Hubert Hurkacz ont triomphé dans le cadre du double masculin du tournoi de Paris-Bercy. Pour ce faire, les deux hommes avaient vaincu le Croate Mate Pavic et le Brésilien Bruno Soares dans un match des plus enlevant, qui s’était soldé par un gain de 6-7(3), 7-6(7) et 10-2.

Eugenie Bouchard – Nuremberg (2014)   

Crédit photo : Photo d'archives AFP

En 2014, Eugenie Bouchard était au sommet du monde. Âgée de seulement 20 ans, la native de Westmount a atteint le cinquième échelon mondial et a participé à la finale du prestigieux tournoi de Wimbledon. 

le gazon londonien, elle avait baissé pavillon en deux manches de 6-3 et 6-0 face à la beaucoup plus expérimentée Petra Kvitova.

Un mois avant le Grand Chelem, Bouchard a remporté son unique titre sur le circuit de la WTA. Après avoir dominé l’ensemble de ses rivales avec facilité au tournoi de Nuremberg, elle a couronné le tout avec un gain de 6-2, 4-6 et 6-3 sur la Tchèque Karolina Pliskova.

Depuis cette victoire en Allemagne et sa performance à Wimbledon, Bouchard a atteint cinq autres matchs ultimes d’un tournoi, dont à Zapopan (Mexique) au début du mois de mars.

Aleksandra Wozniak – Stanford (2008)   

Crédit photo : Photo d'archives Reuters

Six ans avant le sacre de Bouchard, Aleksandra Wozniak est devenue la toute première Québécoise à remporter un tournoi de la WTA en simple. La Montréalaise a réussi l’exploit à Stanford, en Californie.

Lors de cet événement, elle avait d’abord dû obtenir sa place dans le tableau principal en passant par les qualifications. Encore plus impressionnant, elle a vaincu la célèbre et redoutable Serena Williams en demi-finale. 

Wozniak avait conclu sa semaine de succès par un gain de 7-5 et 6-3 sur la Française Marion Bartoli.

Mentions spéciales à Hélène Pelletier et Sébastien Lareau. La première a remporté un titre en double à Rio de Janeiro en 1984. Le second a quant à lui été couronné pas moins de 17 fois en double.