Crédit : AFP

F1

Sebastian Vettel veut être un mentor pour Lance Stroll

Publié | Mis à jour

De plus de 10 ans l’aîné de Lance Stroll, Sebastian Vettel compte bien profiter de son expérience pour faire avancer Aston Martin et aider son jeune coéquipier.

Quatre fois champion du monde, Vettel est reconnu pour son souci des détails. L’un de ses anciens patrons, soit le directeur de Red Bull, Christian Horner, a déjà expliqué que ses comptes-rendus d’après-course pouvaient notamment durer deux heures.

Maintenant titulaire chez Aston Martin, Vettel ne compte pas changer d’approche et il espère que son expertise permettra à Stroll de progresser davantage.

«C'est très clair: je suis le vieux, il est le jeune, pas juste sur le passeport. Je pense avoir manifestement bien plus d'expérience, a dit Vettel, selon des propos rapportés par le site spécialisé Motorsport. Je pense qu'il a beaucoup de talent et de vitesse pure. Et je pense qu'il peut encore apprendre beaucoup. Je serai content de l'aider.»

«Je n'ai jamais rien caché à un coéquipier auparavant, donc je ne vois pas pourquoi je m'y mettrais maintenant. Vous savez, j'aurais été content si ça avait été l'inverse quand j'étais jeune, si quelqu'un s'était ouvert et avait tout partagé volontiers. Je vois ça comme du gagnant-gagnant.»

Pas juste

Vettel a profité de sa tribune pour condamner le traitement que réservent certains amateurs de course au Québécois. Selon lui, il est injuste de discréditer Stroll, quelles que soient les raisons, puisqu’il a prouvé qu’il était très rapide.

«Certaines choses qu'il a traversées ne sont pas justes, a dit Vettel. Il a prouvé à de nombreuses reprises qu'il était très rapide. Je pense que si l'on prend juste la position de tête en Turquie, c'étaient probablement des conditions de piste parmi les plus difficiles que j'ai connues en 15 ans de F1. Non seulement rester sur la piste, mais aussi réussir ce tour, et obtenir la position de tête, il faut beaucoup de talent pour en être capable.»

Stroll lui-même s’est dit bien content de l’arrivée de Vettel, ayant eu un avant-goût du talent de metteur au point du nouveau venu à l’occasion des trois journées d’essais hivernaux, la fin de semaine dernière au Bahreïn.

«Il est très connaisseur quant au comportement de la voiture et à ce qu’il attend de celle-ci, a expliqué Stroll. Ses commentaires sont très sages. Il a beaucoup d'expérience et est un pilote très talentueux.»

«Il est encore tôt, cela dit. Je suis sûr que j'apprendrai à le connaître bien mieux dans les prochaines semaines quand nous commencerons les courses et que nous serons en piste en même temps à faire des programmes similaires. Je pense que nous pourrons probablement comprendre nos commentaires mutuels, donner notre "feedback" et avoir une bien meilleure idée de ce dont nous parlons tous les deux.»

Le premier Grand Prix de la saison doit avoir lieu au Bahreïn, le 28 mars.