Crédit : Photo d’archives

Boxe

Rivas et Louis : tout est en ordre

Publié | Mis à jour

Même s’il est en quarantaine en raison de sa participation au combat de Marie-Ève Dicaire, le promoteur Yvon Michel affichera un large sourire, mardi, lors du coup d’envoi du gala de GYM présenté à l’hôtel Plaza de Québec.

Avec son équipe, il réussira le même tour de force que son homologue Camille Estephan soit de présenter un gala de boxe en temps de pandémie. Le processus a été long et ardu pour Michel, Alexandra Croft et Bernard Barré.

Ils ont eu besoin de plusieurs autorisations différentes pour convaincre les autorités de la Santé publique de Québec. Pour eux, ce sera un premier gala depuis novembre 2019. À ce moment-là, Dicaire avait défendu son titre avec succès en finale de la soirée.

Lundi, la pesée officielle s’est déroulée dans l’ordre tout en respectant les mesures sanitaires exigées par la Santé publique. Chaque boxeur, des sept combats sur la carte, s’est présenté tour à tour pour signer son contrat et monter sur le pèse-personne. Il n’y a pas eu de face à face.

La finale est en règle alors qu’Oscar Rivas s’est présenté à un poids de 221,4 lb contre 203,8 lb pour Sylvera Louis. Tous les autres pugilistes ont respecté la limite de poids prévue à leur contrat.

Sans Ramsay

Pour ce duel, Rivas n’aura pas ses hommes de coin habituels. Marc Ramsay et Luc-Vincent Ouellet sont en Russie alors qu’Artur Beterbiev défendra ses deux ceintures contre l’Allemand Adam Deines, samedi.

Dans le cas de Samuel Décarie, il ne pouvait pas s’astreindre à la quarantaine de 14 jours exigée par la Régie avant le combat. De plus, il doit s’occuper des camps de David Lemieux, Christian Mbilli, Arslanbek Makhmudov et d’Erik Bazynian. Tous ces boxeurs devraient avoir des combats au mois d’avril.

C’est Jessy Ross Thompson qui sera dans le coin du poids lourd québécois d’origine colombienne. L’entraîneur a dirigé Rivas durant une bonne partie du camp de huit semaines.

Prédiction

C’est l’heure de ma prédiction. Si on ne se trouvait pas en temps de pandémie, on n’assisterait pas à un combat entre Rivas et Louis. C’est une certitude.

Sur papier, on a droit à un duel entre deux gars qui ne sont pas du même calibre. Avant la pandémie, Rivas se battait contre des boxeurs qui font partie de l’élite des poids lourds. Il a croisé le fer avec Bryant Jennings et Dillian Whyte avant d’avoir une pause forcée par la pandémie.

Le promoteur Yvon Michel a même parlé d’un combat de préparation pour son protégé. Rivas a besoin de voir de l’action avant de s’attaquer à son prochain défi chez les super-lourds-légers (224 lb).

Avec la complexité pour faire venir des boxeurs de l’étranger, Michel et son matchmaker Vincent Morin n’avaient pas beaucoup d’options pour un combat de retour.

À quoi peut-on s’attendre ? Je m’attends à un combat rapide où Rivas démontrera qu’il est encore un aspirant de calibre mondial. Ça lui permettra d’enlever la rouille de la dernière année.

Je prédis une victoire par knockout au troisième round.