Crédit : AFP

Golf

PGA: à l’assaut d’une bête

Publié | Mis à jour

Bryson DeChambeau n’est plus le même athlète que celui qui avait quitté la propriété du TPC Sawgrass il y a 365 jours. Dans la dernière année, sa métamorphose physique pour gagner en puissance a changé la philosophie du monde du golf. Certains parcours ont résisté à ses assauts tandis que d’autres ont plié l’échine. Qu’en sera-t-il du Stadium Course?

À 7189 verges, il n’est pas le plus long parcours du circuit de la PGA, mais il est certainement redoutable. Sur ce parcours, l’architecte Pete Dye a multiplié les illusions d’optique afin de semer des doutes dans l’esprit des golfeurs des tertres aux verts. Mieux vaut opter pour la précision que la puissance brute.

Toutefois, la nouvelle philosophie de l’Américain de 27 ans commence à faire son chemin. Il est non seulement monstrueusement puissant depuis les tertres, mais il devient de plus en plus précis dans ses approches aux fanions. Il a aussi peaufiné son jeu sur les verts. Attention !

20 livres de muscles ajoutées

Il y a un an, l’élan DeChambeau présentait des données techniques inférieures à celles d’aujourd’hui. Il ne menait pas le circuit dans la colonne de la vitesse de ses balles (ball speed), pas plus que dans celle de la vitesse de la tête de son bâton (club head speed).

En ajoutant plus de 20 livres de muscles et de force à sa charpente durant la pause de trois mois au printemps 2020 en raison de la pandémie, il a développé sa nouvelle arme de prédilection. Il a ajouté près de 20 km/h aux données mentionnées, frappant ainsi la balle beaucoup plus loin grâce à ses coups de canon.

Il a dû s’adapter à sa nouvelle réalité, ce qui ne l’a pas empêché de remporter trois tournois au passage, dont l’Omnium des États-Unis, en septembre. Et même s’il n’a pas offert son meilleur jeu à l’Invitation Arnold Palmer, le week-end dernier, il est parvenu à gagner.

La précision récompensée

À ses deux passages officiels à Sawgrass, il n’a pu mieux faire que le 20e rang. Il a brisé la normale dans sept de ses huit rondes.

«C’est un parcours très demandant. Il faut vraiment mettre la balle en jeu et peu de trous donnent un avantage aux longues frappes. Sur les normales 4, il faut savoir placer la balle aux bons endroits et présenter un bon jeu avec les fers. C’est mon objectif cette semaine. Si je réussis, j’obtiendrai de bonnes chances de gagner avec mon fer droit.

«Je crois que j’ai gagné en constance sur les verts, a-t-il ajouté avec fierté. Je vois un impact immédiat sur la qualité de mon jeu.»

Selon ses observations, les obstacles du Stadium Course limiteront ses opportunités de se déchaîner avec son bois de départ.

«Les endroits sont nombreux où il faut atteindre une cible spécifique, ce qui retire de l’équation l’usage du bois no 1, à part sur les normales 5. Je ne peux pas frapper de longues bombes partout.»

La compétition sera féroce au fil des quatre prochains jours. Le Players a cette réputation de couronner un champion qui aura osé défier les principes de Pete Dye.

À cet égard, DeChambeau a développé sa spécialité.

La lumière au bout du tunnel

Il y a exactement un an, presque toutes les ligues professionnelles sportives à travers le globe pesaient sur pause en raison de la pandémie de COVID-19. En Amérique du Nord, le circuit de la PGA avait décidé de poursuivre... une journée de plus. Devant l’inévitable, le commissaire Jay Monahan avait finalement décidé de suspendre les activités sur les allées.

En fin de soirée, après la première ronde, le PGA Tour avait annulé son tournoi phare, le Championnat des joueurs au TPC Sawgrass. Trois mois plus tard, les golfeurs retournaient sur les parcours à huis clos en respectant des protocoles sanitaires sévères.

La santé avant tout

Voilà qu’ils sont de retour à Ponte Vedra Beach, là où tout a basculé l’an dernier.

«Depuis notre retour au jeu en juin 2020, nous avons organisé avec succès 36 événements, incluant 22 tournois cette saison. La santé et la sécurité demeurent nos priorités, a témoigné Monahan dans sa conférence de presse habituelle en marge du championnat.

«Avec la campagne massive de vaccination en branle, nous voyons la lumière au bout du tunnel, a-t-il enchaîné. Mais tant et aussi longtemps que cette pandémie ne sera pas dans notre rétroviseur, nos priorités vont rester les mêmes.»

Pour ces raisons, le circuit de la PGA a ouvert ses portes aux spectateurs, jusqu’à présent, à cinq de ses événements du calendrier 2021. Cette semaine, le Stadium Course, pouvant accueillir aisément plus de 50 000 spectateurs par jour, est limité à une capacité maximale de 20 %. C’est donc dire qu’environ 10 000 spectateurs franchiront quotidiennement les tourniquets.

Ainsi, les organisateurs veulent continuer à apprendre et à s’ajuster, selon les situations et les restrictions.

Si Monahan, enfermé toute la journée dans une cellule de crise du luxueux pavillon du TPC Sawgrass l’an dernier, avait raté le premier coup de départ du Championnat des joueurs, il a promis qu’il sera un fier spectateur, ce matin à 6 h 45.

Les favoris

Au fil des quatre prochains jours, les regards seront inévitablement posés sur la sensation de l’heure, Bryson DeChambeau. Sa puissance et sa témérité laissent peu de gens indifférents. Champion le week-end dernier à Bay Hill à Orlando, le Stadium Course de Sawgrass ne lui offrira pas le même défi.

Parmi les données qui ne mentent pas au Players, c’est bien celle prouvant que les champions doivent maîtriser leurs coups des tertres jusqu’aux verts. DeChambeau est l’un de ceux qui excellent à cet égard jusqu’à présent cette saison.

Réputé pour son look intimidant et déstabilisant par ses illusions d’optique, le Stadium Course ne récompense pas les longs cogneurs. Il les aide s’ils sont précis. La polyvalence est primordiale pour soulever le trophée.

BRYSON DECHAMBEAU

27 ans | États-Unis

Rang mondial : 6e

Présences au Players* : 4e

Meilleur résultat : 20e en 2019

Moy. coups gagnés tertre au vert : +2,083 coups (1er)

Taux de verts en coups réguliers : 67,09 % (106e)

COLLIN MORIKAWA

24 ans | États-Unis

Rang mondial : 4e

Présences au Players* : 2e

Meilleur résultat : Annulation 2020

Moy. coups gagnés tertre au vert : +1,711 (3e)

Taux de verts en coups réguliers : 73,61 % (4e)

DUSTIN JOHNSON

36 ans | États-Unis

Rang mondial : 1er

Présences au Players* : 13e

Meilleur résultat : 5e en 2019

Moy. coups gagnés tertre au vert : +1,883 (2e)

Taux de verts en coups réguliers : 71,53 % (17e)

PATRICK CANTLAY

28 ans | États-Unis

Rang mondial : 9e

Présences au Players* : 5e

Meilleur résultat : 22e en 2017

Moy. coups gagnés tertre au vert : +1,440 (7e)

Taux de verts en coups réguliers : 70,06 % (36e)

* Incluant l’édition annulée en 2020

Dans le calepin...

Il sera impossible pour Bryson DeChambeau d’opter pour une audacieuse stratégie au 18e trou du Stadium Course, un par 4 de 462 verges. Avec sa monstrueuse puissance, il caressait l’idée de propulser son coup de départ dans l’allée du 9e trou en traversant le lac, parallèle au 18e. Cette option aurait permis une approche plus « facile » au fanion en raison de l’angle d’attaque. Mais les officiels du circuit de la PGA ont joué de ruse. Ils ont formulé et approuvé une règle locale en disposant des piquets hors limite à la gauche du lac afin d’assurer la sécurité de tous.

L’Anglais Danny Willett ratera le tournoi après avoir reçu un diagnostic positif à la COVID-19 en début de semaine. À cet effet, le commissaire Jay Monahan a signalé mardi que les tests de dépistage continueront de figurer dans le processus de participation aux tournois en 2021. Toutefois, le vol nolisé du PGA Tour volant de tournoi en tournoi sera appelé à bientôt disparaître. À l’entrée des sites, il n’y a plus de prise de température corporelle.

Le plateau de 154 joueurs au Players représente l’un des meilleurs dans le monde du golf professionnel dans ce qui est considéré le cinquième majeur. Parmi le top 50 au monde, seuls Brooks Koepka (12e) et Matthew Wolff (20e) sont absents cette semaine. Après avoir composé avec des blessures récurrentes au genou gauche depuis deux ans, voilà que c’est le genou droit qui fait souffrir Koepka.

Parlant de classement mondial, Phil Mickelson a glissé au-delà du 100e rang pour la première fois depuis 1990. «Lefty» est présentement au 101e échelon. La dernière victoire du golfeur de 50 ans au sein du circuit principal de la PGA remonte au 10 février 2019, lors du Pro-Am AT&T à Pebble Beach.

Parmi les quelques modifications apportées au magnifique parcours du TPC Sawgrass, le recul du tertre au 12e trou, une courte normale 4, changera considérablement la stratégie. Il passe ainsi d’une longueur de 302 à plus de 370 verges. Les officiels pourront adapter le tertre en conséquence au fil des quatre rondes afin de pimenter le spectacle. De l’avis de Justin Thomas, seuls quelques golfeurs peuvent maintenant atteindre le vert dès le coup de départ, selon la direction du vent. Il a nommé Bryson DeChambeau, Rory McIlroy et Tony Finau.

Championnat des joueurs du circuit de la PGA

Terrain : Stadium Course du TPC Sawgrass

Architecte : Pete Dye

Champion en titre : Rory McIlroy (2019)

Bourse totale (2,7 M$ au champion) : 15 M$

Verges : 7189

Normale : 72

Champions ayant présenté le meilleur taux de précision des tertres : Fred Funk (2005), Greg Norman (1994) et Calvin Peete (1985) avec un taux de 87,5 %

Taux de réussite d’oiselet en utilisant un bois no 1 au 12e trou en 2019 : 55 %. En 2017, ce taux était de 12,8 %. Ceux utilisant un bois d’allée ont présenté un taux de 37 % en 2019.

Vert le plus difficile à atteindre en coups réguliers depuis 2003 : 18e avec un taux de réussite de 45,1 %. Seulement 46 % des joueurs ont sauvé la normale en le ratant.

Plus d’oiselets au Stadium Course depuis 2015 : 96 par Justin Thomas.

4,08 | Nombre moyen de coups effectués quand les golfeurs ratent le vert situé sur la presqu’île du 17e trou, cette courte et intimidante normale 3 de 137 verges. Depuis 2003, 802 balles sont tombées à l’eau lors des 7427 rondes jouées, soit 10,8 %.

51 | Rang du champion de 2015, Rickie Fowler, dans la colonne des verts atteints en coups réguliers avec un taux de 62,5 %. Il s’agit du classement le plus bas par un vainqueur depuis 1982.