Crédit : Ben Pelosse / JdeM

Canadiens de Montréal

Des liens solides

Publié | Mis à jour

Jean-Philippe Glaude est persuadé que l’expérience de Dominique Ducharme derrière le banc du Canadien est vouée au succès.

Aujourd’hui dépisteur pour les Predators de Nashville, Glaude portait les couleurs des Patriotes de l’UQTR lorsque Dominique Ducharme s’est joint à la formation universitaire. Il se rappelle l’impact que le Joliettain avait eu sur l’équipe.

«Il venait de terminer sa carrière, donc il était connecté sur notre réalité. Tellement, qu’on avait l’impression que c’était un joueur. Il pensait de la même façon que nous», s’est souvenu Glaude, joint par Le Journal.

«Son sens du hockey était vraiment développé. Il était très allumé et actuel dans ce qu’il faisait. Et il était très à l’écoute», a ajouté l’ancien défenseur.

Selon Glaude, Ducharme a toujours eu de la facilité à gagner la confiance des joueurs. Même si la situation pouvait parfois être litigieuse. Pour illustrer cette qualité, Glaude, capitaine des Patriotes lors de la deuxième année de Ducharme avec l’équipe, y va d’une anecdote.

«Je jouais sur l’attaque massive et je n’étais pas tout à fait en accord avec le patron de jeu que nous avions. Jacques [Laporte] ne voulait rien savoir, mais je savais que Dom comprenait ce que je voyais. Pendant un mois, je lui ai vendu mon idée en poussant un peu. Évidemment, il était pris entre le coach et moi. Il tempérait la situation et était capable de manœuvrer là-dedans. Et tranquillement pas vite, mon point a fini par passer.»

Des coups de pouce

Le lien de confiance, qui avait déjà commencé à se tisser entre les deux hommes dans la vingtaine, s’est consolidé. D’ailleurs, à quelques moments au cours des deux décennies suivantes, le parcours de l’un fut influencé par celui de l’autre.

«Il m’a aidé à aller jouer en France parce qu’il avait passé là avant moi. Il m’a donné un bon coup de main. La saison suivante, j’ai essayé de l’amener comme entraîneur-chef à Amiens. Ça n’a pas marché parce qu’il était avec le Junior de Montréal.»

Défenseur des Voltigeurs de Drummondville pendant quatre saisons au tournant du millénaire, Glaude avait été pressenti pour remplacer Dominic Ricard au poste de directeur général de l’équipe, en 2016. Déjà à l’emploi des Predators, il avait rapidement signifié qu’il n’avait pas d’intérêt pour le poste. Dans la même foulée, il avait proposé le nom de Ducharme. «Je sais qu’il est à Halifax, mais je pense que Dom serait votre gars», leur avait-il dit.

Avec les Preds

Quelques semaines plus tard, Ducharme quittait les Mooseheads d’Halifax, qu’il avait menés à la conquête de la coupe Memorial de 2013, pour accepter les postes de directeur général et d’entraîneur-chef des Voltigeurs. Deux ans plus tard, Glaude a tenté le coup une autre fois, à cette occasion, avec l’organisation des Predators, lors du départ de Dean Evason, entraîneur-chef du club-école basé à Milwaukee. Cette fois, la suggestion n’a pas été retenue.

«Ça n’a pas marché, mais c’est pour démontrer que le monde du hockey, c’est un tourbillon sans fin. Ça part, ça revient. Alors, les personnes en qui tu as confiance, tu les gardes toujours pas loin.»

Bref, si Glaude finit un jour par travailler pour le Canadien, on saura d’où ça vient.