Club de foot Montréal

Thierry Henry quitte son poste

Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

Ce n’était plus qu’une question de temps. Le CF Montréal a annoncé jeudi matin que Thierry Henry renonçait à ses fonctions d’entraîneur-chef pour des raisons familiales et qui pourrait le blâmer?

«C’est avec le cœur lourd que j’ai décidé de prendre cette décision, a-t-il dit dans un communiqué de presse. La dernière année a été extrêmement difficile pour moi personnellement. En raison de la pandémie mondiale, je n’ai pas pu voir mes enfants.» 

Comme l’équipe s’apprête à disputer une autre saison au sud de la frontière, il devenait impensable pour Henry de revivre une autre année dans les mêmes conditions.

«Le moment est loin d’être parfait, mais il n’y a pas d’échéancier quand il s’agit d’une décision personnelle», a insisté le président du club, Kevin Gilmore.

Le tout survient seulement 24 heures après le congédiement de Claude Julien chez le Canadien de Montréal. Disons que c’est rare que deux entraîneurs partent en si peu de temps dans une même ville.

Surprise 

Contrairement à ce que tout le monde pensait, Thierry Henry était rentré à Montréal au mois de janvier afin de préparer la prochaine saison en compagnie du directeur technique, Olivier Renard. Sa décision a donc causé un certain choc au sein de l’organisation.

«C’était une surprise parce que notre plan était qu’il soit ici à long terme afin de bâtir l’identité de cette équipe en collaboration avec Olivier», a mentionné Gilmore, qui dit comprendre la décision de Henry.

«Je crois que peu de gens peuvent comprendre à quel point la dernière saison a été difficile pour les équipes canadiennes qui ont passé beaucoup de temps dans leurs valises et à l’hôtel. [...] Quand on a embauché Thierry, personne n’avait imaginé qu’on traverserait une pandémie d’une telle importance et qu’elle dérèglerait notre vie. Donc, je ne suis pas choqué par sa décision.»

Retour en Angleterre 

Henry avait effectué sa quarantaine et avait recommencé à travailler au Centre Nutrilait.

«Il y a environ deux semaines, il m’a contacté en me disant qu’il y avait des problèmes avec sa famille et m’a demandé de rentrer à Londres», a expliqué Olivier Renard.

«Il y a eu du bruit sur les clubs anglais, mais il y a eu du blabla pour rien. Je peux vous confirmer qu’on n’a parlé à aucun club et il m’assure que lui non plus.»

Le directeur sportif a choisi de laisser du temps à son entraîneur afin qu’il puisse prendre une décision éclairée.

«Je l’ai laissé réfléchir et il m’a contacté le 18 [février], et j’ai senti que la situation était plus négative que positive. On a enchaîné avec son agent pour voir ce que le club pouvait faire afin de ne pas perdre Thierry.»

«On a essayé de trouver les meilleures solutions, mais il a plusieurs enfants en bas âge et il savait qu’on allait voyager beaucoup.»

C’est finalement lundi qu’il a communiqué sa décision au CF Montréal.

«Par respect pour Thierry, j’ai commencé à faire une liste comme quand on va à l’épicerie, mais je n’ai contacté personne. Ça va se faire à partir de maintenant», a indiqué Renard qui doit maintenant lui trouver un remplaçant.

Tête haute 

Nommé entraîneur-chef le 14 novembre 2019, Henry n’aura passé qu’une seule saison à la barre de l’équipe, compilant une fiche de 8-13-2 en saison régulière de la MLS.

L’équipe a terminé la saison au neuvième rang de l’Association de l’Est et s’est inclinée face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre au premier tour des séries éliminatoires.

L’Impact d’alors a également atteint les quarts de finale de la Ligue des champions de la CONCACAF, s’inclinant contre le C.D. Olimpia dans une série aller-retour dont les deux matchs ont été séparés par neuf mois.

Sans ne rien casser, Henry était en train d’installer un système prometteur qui était axé sur l’attaque et qui donnait un soccer plus intéressant à regarder.

*******

CITATIONS DU POINT DE PRESSE          

KEVIN GILMORE

«C'est une journée difficile (...) Une décision personnelle pour ne pas revenir sur Montréal et rester à Londres avec ses enfants. J'ai dit souvent que l'année passée a été très difficile pour nous compte tenu des coonditions des équipes canadiennes. (...) La famille prend préséance pour lui.»

«Quand on a embauché Thierry, personne n'anticipait cette pandémie qui allait tout bouleverser (...) Dans les circonstances, je ne suis pas choqué par sa décision, considérant tout ce qui s'est passé la saison dernière.»

Relocalisation temporaire du club aux États-Unis durant la prochaine saison: «nous apportons les touches finales et avant de communiquer le produit fini, on va en parler aux joueurs (...) On veut que la situation globale soit le plus près possible de ce qu'ils connaissent à la maison.» Regarde le New Jersey, la Floride.

Confirme que le club allait demander une compensation si Henry devait être embauché par un autre club: «on s'est arrangé pour obtenir une compensation dans certaines conditions spécifiques.»

OLIVIER RENARD

«Thierry était rentré il y a un bon moment, dans la dernière semaine du mois de janvier, pour préparer pour la saison (...) plus ou moins vers le 10 février, il m'a contacté en me disant qu'il avait ses problèmes avec sa famille. Il m'a demandé s'il pouvait rentrer sur Londres, je lui ai accordé»

«Il m'a recontacté jeudi dernier et là j'ai senti que la situation était plus négative que positive. On a travaillé avec son agent afin de ne pas perdre Thierry. (...) On a essayé de trouver des solutions mais c'est compliqué.»

«Le définitif, ça a été lundi, il y a deux jours.»

«Par respect pour Thierry, au moment où j'ai senti que ça tirait sur le négatif, j'ai commencé à réfléchir sur plusieurs profils, mais je n'ai pas contacté personne. (...) Je n'ai parlé à aucun coach, ça va se faire à partir de maintenant.»

Rumeurs Bournemouth: «beaucoup de bla-bla pour rien (...) on n'a parlé avec aucun club et Thierry m'a confirmé qu'il n'avait parlé avec aucun club.»

«Je ne vais pas citer de nom. La seule personne que je vais nommer est Laurent Ciman et pour eteindre les idées de tout le monde, il va être adjoint. J'ai des noms à rencontrer, à parler (...). En ce moment il y a plein d'agents qui m'envoient des CV depuis l'annonce.»

Assure que les embauches ont été regardées par Thierry, mais aussi par lui-même (Olivier). Le nouveau coach devra donc «s'adapter au club, et pas le contraire».

«Les idées footballistiques, ce sera le point majeur pour moi.»

«On parle d'un entraîneur qui est parti dans un moment positif (au plan sportif pour nous).»

Considère que perdre son entraîneur maintenant est tout de même moins dommageable qu'un congédiement en pleine saison. «Quand tu obliges les gens à rester, tu le vois dans son caractère plus tard, et tu as plus de problèmes.»

«On lui a laissé le temps de réfléchir, de mûrir, on accepte sa décision et je la comprends.»

«Par rapport à Kwame (Ampadu, entraîneur adjoint amené par Henry), Thierry a fait un zoom avec son staff et avec tous les joueurs et c'est à ce moment-là qu'on a fait la communication. Kwame fait partie du club et je vais avoir une bonne discussion avec lui. Je suis content de lui. On va voir avec lui quelles sont ses ambitions. (...) Je vais voir avec lui.»

«Je ne me vois pas attendre des semaines pour prendre une décision (sur un nouvel entraîneur).»

Wilfried Nancy, qui est normalement entraîneur adjoint, est la personne qui va prendre les choses en main en attendant.

«Thierry était d'accord de prendre Laurent, même en tant que joueur.» Souligne le caractère, la personnalité de Ciman et son amour indéfectible pour la ville et le club.

Ciman: «il est occupé à faire sa license (d'entraîneur), donc il est pas complètement novice dans le processus. On va lui laisser le temps. Il ne vient pas remplacer Pat Bernier, qui est un peu dans la même situation que Thierry.»

«J'espère qu'il (Henry) va trouver quelque chose rtapidement, il le mérite. J'étais très satisfait de lui l'an dernier (...) il a permis au club de faire beaucoup de progrès.»