GEN-DISTRIBUTION DE MASQUES MÉTRO CADILLAC

Crédit : MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL

Canadiens de Montréal

François Legault réagit au congédiement de Claude Julien

Publié | Mis à jour

Fervent amateur de hockey, le premier ministre du Québec, François Legault, avait quelques mots à dire au sujet du congédiement de l’entraîneur-chef du Canadien de Montréal, Claude Julien, mercredi avant-midi.

En point de presse, M. Legault a été questionné sur l’annonce de l’organisation montréalaise faite plus tôt en matinée et il a admis que les performances de l’équipe ne sont pas à la hauteur des attentes présentement.    

«Mon fils m’a parlé de ça hier soir (mardi) et il a été visionnaire. Il me disait que Claude Julien va perdre son emploi. On avait eu un bon début de saison, [...] mais ce n’est pas beau à voir. Je pense entre autres aux deux matchs contre Ottawa, la désorganisation, a-t-il dit en évoquant les deux récentes défaites du Canadien aux mains des Sénateurs. Pourtant, on a une belle équipe, de bons joueurs, des excellentes lignes.»

M. Legault y est ensuite allé d’une tirade à l’intention des journalistes.

«Il n’est pas question que je devienne entraîneur du Canadien. Je confirme que je reste premier ministre», a-t-il blagué.

Le Tricolore a montré la porte à Julien ainsi qu’à l’instructeur associé Kirk Muller. Dominique Ducharme a été nommé entraîneur-chef sur une base intérimaire.

Un électrochoc pour l'équipe, selon Enrico Ciccone  

William Boivin

Le député libéral de Marquette, Enrico Ciccone, a commenté le congédiement de l’entraîneur-chef du Canadien de Montréal Claude Julien, annoncé mercredi à la suite d’une deuxième défaite consécutive contre les Sénateurs d’Ottawa encaissée la veille.

«Ça va donner un électrochoc à l’équipe. Je l’ai vécu à plusieurs reprises et c’est toujours ça qui arrive lors des premières semaines. Avec la qualité de joueurs que Marc Bergevin est allé chercher, il fallait arrêter l’hémorragie. Je suis très confiant avec Dominique Ducharme, c’est une bonne tête de hockey», a souligné l’ancien joueur de la Ligue nationale de hockey à QUB radio en évoquant le successeur de Julien ayant été nommé sur une base intérimaire.

«C’est Patrick Roy qui posait les questions au DG» 

Par ailleurs, Ciccone a raconté les dessous d’une rencontre entre le directeur général Marc Bergevin et Patrick Roy pour le poste d’instructeur-chef tenue il y a quelques années.

«J’ai su que lorsque Marc Bergevin voulait remplacer Michel Therrien [congédié le 14 février 2017], il avait rencontré Patrick Roy. Et la discussion, c’était le contraire; c’est Roy qui posait les questions au directeur général. Ça n’a pas duré longtemps, cette rencontre.»

«Le problème, c’est que Patrick Roy ne veut pas juste être entraîneur, il veut porter tous les chapeaux. Il veut être directeur général et aussi président. Patrick en mène large», a mentionné Ciccone.