Crédit : AFP

LNH

Une statistique peu élogieuse pour les Flyers

Publié | Mis à jour

Les Flyers de Philadelphie ont une fois de plus été déclassés au chapitre des tirs au but, dimanche, et malgré un pourcentage de réussite sur les tirs très élevé, la situation est problématique.

Lors d’une rencontre face aux Bruins de Boston à l’extérieur aux abords du lac Tahoe, les Bruins de Boston ont dominé 35 à 19 pour les lancers et 7 à 3 au pointage final. Ils sont bons derniers dans la Ligue nationale de hockey (LNH) avec 23,3 tirs cadrés par match.

Toutefois, 13,3 % de ces lancers aboutissent au fond du filet, ce qui place l’équipe au premier rang du circuit. En poursuivant sur cette tendance, ils établiraient une nouvelle marque depuis que cette statistique est comptabilisée, en 2009.

«Avec les joueurs que nous avons, notre style penche plus vers cela, a acquiescé James van Riemsdyk en vidéoconférence, dimanche. Nous avons beaucoup de joueurs vraiment intelligents qui ne cherchent pas nécessairement seulement à tirer la rondelle de partout.»

«De toute évidence, il y a des moments où c'est un bon jeu, mais il y a aussi des moments pour essayer de faire un jeu supplémentaire pour obtenir une meilleure chance de marquer.»

Calendrier chargé

Les Flyers pourraient toutefois manquer de temps pour travailler sur les éléments qui clochent dans leur jeu, puisqu’ils amorceront mercredi une séquence de 19 matchs en 38 jours. Le retour de quelques joueurs dont le nom était sur la liste de COVID-19, soit Claude Giroux, Jakub Voracek, Travis Konecny et Oskar Lindblom, devrait donner un coup de main.

«Je pense que nous savons en tant qu'équipe que nous avons certainement une marge de progression, a mentionné van Riemsdyk. Je ne pense pas que quiconque tente de nier cela. Nous essayons juste de retrouver une partie de cette chimie et de ces trucs qui fonctionnaient pour nous l'année dernière. De toute évidence, il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire pour être meilleurs.»

À propos de l’horaire condensé, van Riemsdyk ne voit pas que du négatif.

«J’aime entrer dans ce rythme et juste jouer une tonne de matchs pour trouver encore plus de rythme, de synchronisme et de chimie», a conclu l’Américain de 31 ans qui a récolté son 500e point en carrière dans la récente défaite des siens.