SPO-HKO-HKN-MONTREAL-CANADIENS-V-ANAHEIM-DUCKS

Crédit : Photo d'archives, AFP

Canadiens de Montréal

Danault s’en tire bien

Publié | Mis à jour

Phillip Danault s’en est tiré à bon compte. Le coup de bâton qu’il a donné à Tim Stützle en début de troisième période, dimanche, et qui a atteint la recrue allemande à la gorge semble être passé inaperçu.

L’attaquant du Canadien n’a écopé d’aucune sanction. Ni sur la séquence ni en provenance du département de la sécurité des joueurs de la LNH. 

D’ailleurs, c’est à se demander si le préfet de discipline de la LNH, George Parros, a vu le geste puisqu’aucune mention de l’événement n’a été inscrite.

Selon le règlement 62.3 du livre des règlements de la LNH, une punition majeure doit être décernée à un joueur qui darde un adversaire. Ce qui entraîne automatiquement une inconduite de partie.

Une suspension en quatre ans 

Questionné à ce sujet lundi matin, D.J. Smith s’est empressé de tuer dans l’œuf toute possibilité de controverse.

«Les arbitres font de leur mieux. Le hockey est un jeu rapide, les événements se produisent très rapidement. Depuis le début de la saison, je trouve que les officiels font un travail impeccable. Il y a un match où ils nous ont décerné beaucoup de punitions, mais elles étaient méritées», a indiqué l’entraîneur des Sénateurs.

Selon le site scoutinftherefs.com, la dernière suspension pour dardage avait été imposée à Brad Marchand (deux matchs), des Bruins, le 4 avril 2017, pour un geste à l’endroit de Jake Dotchin, du Lightning.

Depuis, le département de la sécurité des joueurs s’est contenté de distribuer cinq amendes.

Chabot de retour? 

Par ailleurs, Thomas Chabot s’est de nouveau entraîné avec ses coéquipiers, lundi. Smith n’a pas confirmé le retour de son défenseur dans la formation.

«Je n’ai pas eu le temps de parler avec les soigneurs, mais il paraissait très bien sur la glace», a-t-il déclaré.

Chabot a raté les deux derniers matchs en raison d’une blessure au haut du corps. Puisqu’il est utilisé 25 minutes et demie par rencontre en moyenne, son absence a laissé un trou béant dans la brigade défensive des Sénateurs.