Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Un joueur des Leafs en pénitence malgré la victoire

Publié | Mis à jour

Les Maple Leafs de Toronto ont beau dominer la Ligue nationale avec 30 points, cela n’empêche pas leur instructeur-chef Sheldon Keefe de sortir le fouet quand il sent le besoin de transmettre un message et William Nylander l’a appris à ses dépens, samedi.

Dans un gain de 5 à 3 face au Canadien de Montréal, l’attaquant a passé les dernières 8 min et 45 s du match sur le banc. Visiblement, le joueur de 24 ans n’en fait suffisamment assez ces temps-ci. Il a d’ailleurs été blanchi dans sept de ses huit dernières rencontres, la seule exception étant sa récolte de deux points contre les Sénateurs d’Ottawa, jeudi.

Interrogé par les médias après le triomphe des siens au Centre Bell, Keefe ne s’est pas défilé.

«Je n’ai pas aimé certaines choses survenues une fois que nous avons pris l’avance aujourd’hui, a-t-il dit par le biais de propos rapportés par le réseau Sportsnet. En tant qu’équipe, nous avons eu de beaux accomplissements en deuxième période, mais en troisième, nous avions à suivre la direction voulue et je pense que Willy n’a pas répondu à la commande.»

«Je crois que ce soir [samedi] et dans la partie précédente, il a connu de très bonnes séquences durant lesquelles il avait des jambes et semblait vraiment dangereux, ce qui montre qu’il est prêt à exploser», a-t-il aussi souligné.

Une accumulation de plusieurs éléments

Aussi, Nylander était bien conscient de son manque de production, qu’il avait évoqué après le duel de jeudi. Pour sa part, son patron a eu l’occasion d’analyser son jeu longuement avant de prendre sa décision.

«Tout dépend de la situation qui prévaut. C’est habituellement une accumulation de plusieurs éléments. On ne réagit pas trop fortement à un incident ou à un épisode particulier. Pour moi, c’est en principe la fin d’une longue série d’événements ayant eu lieu avec beaucoup de communication et de nombreuses discussions.»

Ainsi, en juillet, Keefe avait élaboré sur le cas de son protégé, jugeant qu’il devait s’impliquer davantage.

«Parfois, il n’a pas besoin de regarder les vidéos. Il connaît les exemples dont vous parlez. [...] L’un des aspects les plus sous-estimés chez Williams, c’est sa capacité d’obtenir des rondelles sur des revirements en zone offensive; il est proche des meilleurs de la ligue sur ce point.»

Le temps d’utilisation total de Nylander, samedi, fut de 13:55, son plus bas en plus d’un an. Il compte cinq buts et neuf mentions d’aide pour 14 points en 19 sorties cette saison.