Canadiens de Montréal

Paul Byron ne voulait rien savoir d'un nouveau départ

Publié | Mis à jour

Paul Byron n’a pas caché qu’il a été décontenancé de voir son nom placé au ballotage par le Canadien de Montréal dimanche dernier.

«C’était stressant», a laissé tomber le petit attaquant vendredi, lors de sa première disponibilité médiatique depuis l’événement.  

«Je ne savais pas ce qui allait m’arriver. Je voulais rester ici et je ne savais pas si une équipe voulait de moi.»

Le nom de Byron n’a finalement pas été réclamé, au grand bonheur du principal intéressé.

«Je ne voulais aller nulle part, a-t-il répété à plusieurs reprises. Mon agent m'a demandé si je voulais obtenir un nouveau départ avec une autre équipe et je lui ai dit non. On a une très bonne équipe et je veux l'aider à gagner.»

Byron a révélé qu’il avait tout de même passé une journée «normale» avec ses enfants et sa conjointe. D’ailleurs, il n’a pas parlé de la situation avec sa progéniture.

«Pour être honnête, je ne pense pas qu’ils auraient compris la situation. Le ballotage est un concept complexe pour un enfant. De son côté, mon épouse était en état de choc et très surprise. Elle m’a toujours supporté pendant ma carrière. [...] Elle a fait un très bon travail pour garder les choses en perspective.»

En faire plus  

Cette semaine, Marc Bergevin a affirmé publiquement qu’il s’attendait à plus de trois de ses joueurs, dont Byron.

Le vétéran de 31 ans est en accord avec le directeur général du CH.

«Je sais que je suis capable d’en faire plus, a-t-il dit. Je suis capable de prendre un plus grand rôle. Je suis chanceux d’être encore ici.»

«Nous avons une excellente formation et malheureusement, on ne peut pas faire jouer 14 attaquants, a ajouté Byron. C’est une équipe dont je veux faire partie et avec qui je veux gagner. Je veux être le meilleur joueur possible pour le club. Je veux travailler plus fort et montrer que je suis capable de mieux jouer. J’ai hâte d’avoir l’opportunité de le démontrer.»

Le Canadien reprend l’action samedi soir contre les Maple Leafs et, à moins d’une grande surprise, ce ne sera pas lors de ce duel que Byron obtiendra son opportunité.

Vendredi, à l’entraînement, l’ailier était utilisé comme 13e attaquant.

Dans son podcast «La Dose», Jean-Philippe Bertrand a analysé le duel à venir entre les Canadiens et les Maple Leafs. À écouter ci-dessous!

«Un couteau à double tranchant»

Après une semaine de repos, le Canadien de Montréal reprendra l’action face aux Maple Leafs de Toronto samedi soir, une équipe qui a disputé trois matchs pendant que le CH était sur pause.

Selon l’attaquant Phillip Danault, cette situation représente autant un avantage qu’un désavantage.

«Ça peut être un couteau à double tranchant, a-t-il imagé vendredi, après l’entraînement des siens. On pourrait sortir fort ou plus mou. Je pense qu’on va être solide. Nous sommes reposés et c’est de cette façon que nous devons voir les choses. Il faut faire attention. Notre première période et nos premières présences sur la glace seront très importantes.»

Chez les Leafs, le trio que pilote Auston Matthews est en feu. Lors des trois derniers affrontements du club de la Ville Reine, cette unité a produit 18 points.

Qu’à cela ne tienne, ça n’inquiète pas du tout Danault, qui aura la tâche de neutraliser ce trio également composé de Joe Thornton et de Mitch Marner.

«Il s’agit du même défi que nous avons tous les soirs, a affirmé le Québécois. Je suis toujours contre les grosses lignes adverses. [...] Ce n’est pas une tâche facile et nous savons que c’est une ligne très dynamique.»

«Ils sont très bons, mais ce n’est pas différent que d’affronter Connor McDavid ou Leon Draisaitl.»

Avec deux droitiers

Face aux Leafs, Danault évoluera avec Brendan Gallagher et Tyler Toffoli, comme ce fut le cas samedi dernier contre la même équipe.

Le joueur de centre est d’ailleurs très heureux d’évoluer avec deux joueurs qui tirent de la droite.

«Ça ne m’était jamais arrivé de jouer avec deux droitiers, a exprimé Danault. J’ai toujours voulu que cela m’arrive! Deux excellents tirs sur réception, nous avons un très bon trio pour l’instant. J’ai toujours eu l’idée en arrière de la tête, mais ce ne m’était jamais arrivé. Nous avons cliqué le week-end dernier et nous allons continuer sur le même cheminement.»

Quelques citations des points de presse d'aujourd'hui:

BRENDAN GALLAGHER     

«Mitch (Marner) est très dynamique avec la rondelle et fait bien paraître ses coéquipiers (...) chaque fois qu'on joue contre les Leafs, ces deux gars-là (Marner et Auston Matthews) sont une part importante de leur plan.»

«J'ai regardé le match entre les Devils et les Bruins, juste pour analyser ce qui rend leur premier trio (aux Bruins) si efficace.»

«On assume qu'on va jouer tous les matchs et que le plan fonctionnera (...) on sait qu'on aura beaucoup de matchs en peu de jours, on sait que les périodes de repos seront importantes.»

«On essaie de ne pas perdre d'énergie à s'inquiéter de choses (la COVID et le calendrier) qu'on ne peut pas trop contrôler.» 

«On communique bien, on a tous eu des séquences difficiles (...) je pense qu'il (Phillip Danault) commence à bien se sentir. Les léthargies arrivent, peu importe qui tu es. On sait à quel point Phil est important pour notre groupe. Les points ne sont pas là, mais il fait de bonnes présences. On l'encourage à continuer à se battre.»

PHILLIP DANAULT       

«Ça peut être un couteau à deux tranchants (la période de repos), soit on sort fort, soit on est un peu mous (...) il faut faire attention, nos premières présences vont être importantes»

«J'ai toujours voulu jouer avec deux droitiers (...) le trio est très bon pour l'instant. J'ai toujours eu ça dans la tête sans penser que ça allait arriver.»

«Chaque soir c'est la même chose. McDavid, Draisaitl... toutes les premières lignes ont des joueurs dangereux. Mais ils (Marner et Matthews) sont très puissants et très confiants actuellement, il faudra faire attention.»

«Je pense que c'est un joueur extrêmement solide dans les deux sens de la patinoire, il est très intelligent (...) il se crée de l'espace dans des situations où on ne l'attend pas.»

«La confiance, c'est le seul point (...) ça a bien été au dernier match et on construit là-dessus»

«"Tats" (Tomas Tatar) va très bien, il a une attitude exemplaire, il est positif et il n'a pas pris ça personnel (d'être laissé de côté lors du dernier match). (...) Il amènera une touche de marqueur à "KK" et à Armia»

PAUL BYRON      

«C'était un peu stressant et tu sais ce qu'il va arriver avec toi. Je veux rester ici (...) sinon c'était une journée ordinaire, j'en ai profité pour passer du temps dehors avec mes enfants»

«C'est une situation difficile pour la ligue et l'Association des joueurs (...) le "taxi squad", c'est juste un outil, je ne sais pas si ça va durer dans les prochaines années»

«Je sais que l'équipe et les entraîneurs m'apprécient comme personne (...) il y a des décisions "business" à prendre et je comprends ça»

«Un échange est facile à expliquer aux enfants, le ballottage un peu moins. Ma femme était sous le choc (...) elle était très rassurante et elle a fait un bon travail pour qu'on reste stables et corrects»

«Je ne voulais pas aller nulle part honnêtement. Mon agent me l'a demandé et je lui ai dit que je voulais rester à Montréal (...) La réalité, c'est qu'on a une très bonne équipe et tout le monde ne peut pas jouer. Je veux rester ici, gagner ici. Non, je n'étais pas prêt pour un nouveau départ ailleurs. Je peux jouer mieux, je veux jouer mieux et je veux le montrer.»

«Je sais que je suis capable de plus. C'est la vérité, je suis capable de jouer un plus gros rôle. Je suis chanceux d'être encore ici et je veux faire mieux, ça va être mon objectif pour le reste de la saison.»

CLAUDE JULIEN     

«Avec un calendrier comme ça, la fatigue va finir par se faire sentir (...) tu gardes ton jeu stable et ça te donne de meilleures chances de gagner.»

«Comme entraîneur, je suis content de l'avoir Paul, on l'aime beaucoup. C'était une décision "business", mais c'est sûr qu'il peut encore nous aider»

«On sait et il (Phillip Danault) sait qu'il peut faire mieux. Il ne joue pas mal, mais il y a un autre niveau à son jeu qu'il peut atteindre. Il a eu quelques chances, mais n'a pas su capitaliser, au moins il a des chances. Parfois le premier but est dur à obtenir, mais après ça va»

«Son comportement, sa réponse à ce qui s'est passé, c'est un vrai pro (...) en fin de compte il est content d'être ici et je pense qu'il réalise qu'on est tous contents qu'il soit encore aussi. Il a été très important dans une phase plus difficile de l'équipe. Il a commencé quelque chose ici, il veut le finir.»

«La première fois que j'ai travaillé avec Sidney (Crosby, qui disputera son 1000e match bientôt) c'était au Championnat du monde en 2006 ou 2007. C'était un jeune joueur. À l'entraînement, il voulait être le meilleur. Son éthique de travail était incroyable. On savait que c'était tout un joueur de hockey, mais le voir à l'entraînement nous ouvrait les yeux davantage.»

Voyez le point de presse de Claude Julien en vidéo principale.

****************************************************

Voyez les trios et paires de défenseurs du CH à l'entraînement d'aujourd'hui:

Drouin - Suzuki - Anderson

Toffoli - Danault - Gallagher

Tatar - Kotkaniemi - Armia

Lehkonen - Evans - Perry

Byron

Chiarot - Weber

Edmundson - Petry

Mete - Romanov

Kulak

Price

Allen

Lindgren