Huskies

Crédit : Photo courtoisie, Jonathan Roy / LHJMQ

LHJMQ

Les Huskies rattrapés par les cycles du junior

Publié | Mis à jour

Après avoir défié les cycles du hockey junior pendant quatre ans, les Huskies de Rouyn-Noranda n’ont eu d’autre choix l’an dernier que d’entamer un processus de reconstruction qui, espèrent-ils, leur permettra de goûter à nouveau à la victoire plus tôt que tard.

Aidés par d’excellents repêchages, les Huskies sont parvenus à éviter les périodes creuses suivant la plupart du temps une année gagnante dans la LHJMQ. 

Après leur conquête de la coupe du Président en 2016, ils sont parvenus à se maintenir dans le peloton de tête lors des deux saisons suivantes, terminant respectivement troisièmes et septièmes du classement général, avant de s’imposer à nouveau comme une puissance du circuit en 2018-2019, remportant encore une fois le titre de la LHJMQ, mais aussi la coupe Memorial.

Des décisions difficiles

Ironiquement, ils en sont encore les champions en titre puisque la fin de saison a été annulée en raison de la pandémie de COVID-19, l’an dernier, si bien qu’aucun champion n’a été couronné. Malgré tout, avant la pause forcée, le directeur-général et entraîneur-chef Mario Pouliot avait entamé le processus de transition que l’équipe avait pu éviter au cours des quatre saisons précédentes. Ils avaient notamment échangé les vétérans Tyler Hinam et Justin Bergeron.

Lors de la récente période de transaction, Pouliot a continué dans cette veine en troquant entre autres l’attaquant Alex Beaucage aux Tigres de Victoriaville ainsi que le gardien de but Zachary Émond aux Sea Dogs de Saint-Jean.

«Ce ne sont jamais des décisions faciles à prendre, a reconnu Pouliot. Quand tu as gagné avec des gars et que tu as appris à les connaître pendant deux ou trois ans, c’est difficile de les échanger, mais ça fait partie de la business. On sait comment fonctionne le hockey junior et on doit passer à travers cette étape.»

Les Huskies présentent cette année une formation très jeune, mais, malgré les départs de Beaucage et de Émond, elle continue de bien faire. Avant la défaite face aux Remparts de Québec jeudi après-midi, les Huskies avaient remporté leurs quatre matchs précédents. Ils montrent un dossier respectable de 14-11-2-1.

Culture implantée

Au-delà des résultats, toutefois, Pouliot a un objectif en tête : celui de poursuivre la recette qui a permis aux Huskies d’avoir du succès dans le passé.

«On est en train de bâtir une équipe pour gagner avec des joueurs précis. On sait quel genre de joueur qui a donné du succès dans le passé. Ça va passer par le repêchage et on est très confiants de la façon dont on développe nos joueurs. Je regarde des joueurs comme Rafaël Harvey-Pinard, Joël Teasdale, Jean-Christophe Beaudin, Félix Bibeau, Peter Abbandonato qui jouent tous dans la Ligue américaine, puis on a aussi Jérémy Lauzon et Philippe Myers dans la LNH. Quand tu joues pour une organisation qui a du succès, tu as plus de chances de te faire voir. Quand tu es étiqueté comme un champion, c’est un plus pour les équipes de la LNH.»