Crédit : Photo AFP

Tennis

Australie: un qualifié dans le carré d'as

Publié | Mis à jour

Dans le dernier carré dès son premier Grand Chelem: le Russe Aslan Karatsev, 114e mondial et issu des qualifications, s'est hissé en demi-finale des Internationaux d'Australie aux dépens du Bulgare Grigor Dimitrov (21e), diminué par une blessure au dos, battu en quatre sets mardi à Melbourne.

À 27 ans, Karatsev devient ainsi le premier joueur dans l'ère Open à se faire une place dans le dernier carré dès son tout premier Grand Chelem. Il est aussi le joueur le moins bien classé à s'y inviter à Melbourne depuis trente ans.    

Le joueur russe ne devient que le cinquième qualifié à atteindre les demi-finales en tournoi majeur dans l'ère Open, le deuxième seulement aux Internationaux d'Australie (après l'Australien Bob Giltinan en 1977).

Il défiera le N.1 mondial Novak Djokovic, qui a vaincu l'Allemand Alexander Zverev (7e), 6-7 (6), 6-4, 6-2, 7-6 (6), pour une place en finale.

«C'est un sentiment incroyable, premier Grand Chelem, première demi-finale, c'est incroyable», a réagi Karatsev sans effusion.

Dimitrov est apparu sérieusement touché au niveau du bas du dos dans le troisième set, jusqu'à être incapable de servir en toute fin de manche. Manipulé hors du court avant le quatrième set, il n'a plus été en mesure de rivaliser ensuite.

Et dire qu'avant cette quinzaine australienne, Karatsev n'avait gagné que trois matches sur le circuit principal depuis le début de sa carrière !

Le Russe est passé par les qualifications, qui se sont exceptionnellement déroulées à Doha mi-janvier, pour gagner sa place dans le tableau principal.

Il y a successivement éliminé le N.9 mondial Diego Schwartzman au troisième tour, la promesse canadienne Félix Auger-Aliassime (19e) en remontant un retard de deux sets à zéro en huitièmes de finale, puis Dimitrov désormais.

Même s'il a brisé son rival rapidement pour mener 2-1 dans le premier set, c'est Karatsev qui est apparu en difficultés le premier face au Bulgare: il a encaissé six jeux consécutifs ensuite, et semblait proche du point de rupture dans la deuxième manche. 

Mais il s'est accroché, et son adversaire bulgare, qui n'avait pas laissé deviner de difficultés physiques particulières en début de partie, a brutalement perdu pied.

«Le début a été très difficile, j'étais très nerveux, et la chaleur était un peu trop forte. Puis je me suis repris dans le deuxième set, et dans le troisième, il a eu mal. Je ne savais pas qu'il était blessé», a expliqué Karatsev, qui l'a finalement emporté 2-6, 6-4, 6-1, 6-2.

Dimitrov restait sur un succès expéditif face au N.3 mondial Dominic Thiem au tour précédent.

Son incroyable parcours va permettre à Karatsev de bondir aux portes du top 40 au classement ATP.

Sa qualification assure au tennis russe d'avoir deux représentants dans le dernier carré, puisqu'un autre des quarts de finale va opposer Daniil Medvedev à Andrey Rublev mercredi. Il s'agira de la troisième fois dans l'ère Open, après les Internationaux des États-Unis 2001 et 2006.

Djokovic bat Zverev

Novak Djokovic (N.1) s'est défait mardi d'Alexander Zverev (7e) 6-7 (6/8), 6-2, 6-4, 7-6 (8/6) au terme d'un match décousu et affrontera Aslan Karatsev (114e) en demi-finales des Internationaux d'Australie.

«Jusqu'à l'ultime coup, le match pouvait basculer d'un côté comme de l'autre. Emotionnellement, je suis épuisé. On s'est poussés à bout», a commenté le Serbe.

Il a été sous pression dès le premier jeu de la partie, qu'il a cédé sur son service, et a couru après le score durant toute la manche.

«J'avais besoin de temps pour me chauffer, sentir que j'étais en mesure de bien faire les rotations. J'ai eu la chance de débreaker et le tie break a été très serré», a commenté Djokovic qui arborait un gros pansement sur les abdominaux... comme son adversaire.

Mais contrairement aux deux matches précédents, Djokovic n'a pas laissé paraître de douleur.

Et il a su revenir au score à chaque fois que Zverev s'est détaché et a semblé pouvoir prendre le match à son compte.

«À part au deuxième, j'ai très mal débuté les sets. J'ai perdu mes services très tôt», a regretté Djokovic en soulignant avoir pu s'appuyer sur un excellent service.

Djokovic a réussi 23 as contre 21 à Zverev. Mais il a également commis 56 fautes directes contre 38 à son adversaire.

«J'ai extrêmement bien servi, réussi un peu plus d'aces que lui, ce qui est un miracle face à un aussi bon serveur que Sasha», a-t-il souligné.

Le Serbe a cependant concédé un break en tout début de troisième set et s'est retrouvé mené 3-0. A 3-1, il s'est énervé, a fracassé une raquette au sol, pris un avertissement et perdu le jeu (4-1). Mais dans la foulée, il a aligné cinq jeux et ravi la manche.

«Quand j'ai cassé ma raquette, je me suis reconcentré et le match a tourné», a-t-il expliqué en souriant.

«S'il (Zverev) avait gagné, ça aurait été tout à fait mérité», a-t-il cependant ajouté.

Car dans la quatrième manche, il a de nouveau été mené 3-0 et a sauvé plusieurs balles de 5-3 pour Zverev. Puis il a sauvé une balle de set à 6-5 avant de décrocher le tie break. Cette fois, c'est lui qui a remporté le jeu décisif, et le match.

Dans la quête d'un neuvième titre à Melbourne, son 18e en Grand Chelem, il va affronter jeudi le surprenant Russe Aslan Karatsev, premier joueur à s'inviter dès son premier Grand Chelem dans le dernier carré dans l'ère Open.

«Je ne l'avais jamais vu jouer avant l'Open d'Australie. Il est très fort, il bouge bien, il a un très bon revers, il sert bien, il est motivé parce qu'il n'a rien à perdre», a analysé Djokovic.

Il ne s'est pas étendu sur l'état de sa blessure, se bornant à dire que "les mains magiques de (son) physio" lui avaient permis d'en être là.

Mais le nombre de joueurs blessés ne le laisse pas indifférent.

«Il y en a trop, a-t-il estimé. Les gens ne se rendent pas compte, mais le nombre de blesures dans ce tournoi montre à quel point la quarantaine laisse des séquelles sur les corps des joueurs», a-t-il commenté.               

Serena Williams bat Halep et rejoint Osaka en demi-finales   

Serena Williams (11e mondiale) s'est montrée très forte physiquement et mentalement mardi pour éliminer Simona Halep (2e) en deux sets 6-3, 6-3, et rejoindre la Japonaise Naomi Osaka (3e) en demi-finales de l'Open d'Australie.

«C'est mon meilleur match du tournoi, sans aucun doute, s'est félicitée l'Américaine. Je jouais contre la 2e mondiale, donc je savais qu'il fallait que je fasse mieux (que jusque-là). Et c'est ce que j'ai fait, j'en suis très contente."

Williams a cédé sa mise en jeu à plusieurs reprises dans chaque manche.

«En début de partie, j'ai fait beaucoup de fautes directes sur les jeux perdus et je savais que je pouvais mieux jouer. Alors je me suis accrochée», a-t-elle reconnu.

Dans la première manche, elle a laissé Halep revenir à hauteur alors qu'elle menait 2-0. Mais elle a réussi un nouveau bris pour se détacher 4-2 et tenir son service jusqu'à la fin du set.

Dans la seconde, c'est la Roumaine qui s'est détachée 2-0 mais Williams a recollé immédiatement. Les joueuses se sont de nouveau échangé les mises en jeu jusqu'à 3-3.

L'Américaine a alors donné un coup de collier et s'est montrée extrêmement performante en défense pour faire de nouveau le bris et mener 4-3 au terme d'un point très accroché. Elle a ensuite enchaîné les deux jeux suivants.

«L'an dernier, mon entraîneur (Patrick Mouratoglou) m'a dit qu'il fallait que je m'améliore en défense. On a eu beaucoup de temps pour la travailler. Mais pas ici en Australie où je n'ai fait qu'essayer de récupérer physiquement (d'une douleur à l'épaule)», a-t-elle souligné.

À 39 ans, la cadette des sœurs Williams jouera sa neuvième demie à Melbourne. Chaque fois lors des huit précédentes, l'Américaine s'est qualifiée pour la finale. Et sept fois, elle a remporté le titre (2003, 2005, 2007, 2009, 2010, 2015 et 2017).

Osaka écarte Hsieh avec autorité   

La N.3 mondiale Naomi Osaka s'est qualifiée avec autorité pour les demi-finales des Internationaux d'Australie aux dépens de la Taïwanaise Hsieh Su-Wei (71e) 6-2, 6-2 en à peine plus d'une heure, mardi à Melbourne.

Pour une place en finale, la Japonaise, triple lauréate en Grand Chelem, affrontera soit la N.2 mondiale Simona Halep, soit l'Américaine Serena Williams, opposées en soirée.

Jusque-là en Grand Chelem, Osaka (23 ans) s'est offert le trophée à chaque fois qu'elle a atteint les quarts de finale (US Open 2018 et 2020, et Open d'Australie 2019). Confirmera-t-elle la règle une fois de plus ?

Hsieh, elle, est devenue au cours de cette quinzaine australienne la joueuse la plus âgée de l'ère Open à s'inviter pour la toute première fois en quarts de finale en tournoi majeur, à 35 ans.

Quatre des cinq précédentes rencontres entre les deux joueuses s'étaient étirées sur trois sets. Mais cette fois, Osaka n'a pas laissé Hsieh lui donner le tournis avec son jeu si atypique tout en timing et variations.

Le premier set a néanmoins été plus disputé que la sévérité du score et la rapidité du match ne le laissent imaginer.

«Je suis vraiment contente de la manière dont j'ai joué aujourd'hui (mardi), se réjouit l'ex-N.1 mondiale aujourd'hui N.3. A chaque fois que j'avais joué contre elle, ça avait été une grosse bataille, et même si le score est ce qu'il est, en fait ça a été une autre bataille pour moi. Avec sa frappe, vous ne savez jamais quand elle va y aller.»

C'est en se montrant intraitable sur les points importants (trois balles de brise sauvées sur trois) et derrière sa première balle de service (92% des points gagnés) que la Japonaise a fait la différence.

Au tour précédent, Osaka était passée au bord de l'élimination, quand l'Espagnole Garbiñe Muguruza s'était procuré deux balles de match dans la troisième manche de leur duel de haut vol. Ce match est toutefois le seul qu'elle n'a pas survolé depuis le début du tournoi : au fil des quatre autres, elle n'a laissé échapper qu'à peine plus de quatre jeux en moyenne.

«Je dirais que ça me rend un peu plus calme de savoir que même quand je suis complètement dos au mur, j'ai encore eu des occasions», explique-t-elle.

Les deux derniers quarts de finale féminins sont programmés mercredi. L'un deux est 100% américain, entre Jennifer Brady (24e) et Jessica Pegula (61e). L'autre oppose la N.1 mondiale Ash Barty à la Tchèque Karolina Muchova (27e).