Crédit : AFP

Tennis

«La défaite est difficile à accepter»

Publié | Mis à jour

À son premier match de cinq manches en carrière, Félix Auger-Aliassime est allé à la dure école contre le Russe Aslan Karatsev aux Internationaux d’Australie. Une défaite qu’il voudra mettre derrière lui le plus rapidement possible.

Après avoir remporté les deux premières manches, Auger-Aliassime a perdu les trois dernières aux mains de Karatsev qui lui a montré la porte de sortie du tournoi. Un revers décevant pour le Québécois qui n’avait pas perdu un set avant ce duel de quatrième tour qui se déroulait sur le terrain du Margaret Court Arena. 

Durant ces trois heures de jeu à huis clos, le protégé de Fred Fontang s’est battu comme un diable dans l’eau bénite pour tenter de venir à bout de Karatsev. Il n’a pas été en mesure de trouver les solutions nécessaires pour réaliser son objectif.

«La défaite est difficile à accepter, a indiqué Félix Auger-Aliassime lors de son point de presse virtuel. Je menais par deux manches. Par contre, d’emblée, j’aurais pu perdre en trois sets aussi.

«À partir de la troisième manche, [Karatsev] a bien joué et il a levé son niveau. Moi, j’ai moins bien servi un peu. J’ai continué de chercher des solutions, mais à un certain point, je ne les trouvais pas. Il a joué un bon match jusqu’à la fin. J’ai tout essayé et j’ai tout donné.»

Service en deux temps 

Le service d’Auger-Aliassime a été un aspect qui lui a fait mal au cours de cette rencontre. Au cours des deux premières manches, il a réussi à maintenir un taux d’efficacité de 71 % avec sa première balle.

Cette moyenne a chuté respectivement à 45 %, 53 % et 51 % lors des trois derniers sets. Ce n’est pas suffisant pour venir à bout d’un joueur coriace comme Karatsev.

«J’ai commencé à moins bien servir à compter de la troisième manche, a souligné le 19e joueur mondial. Je n’atteignais pas mes cibles. À compter de ce moment, c’est devenu un peu plus difficile.

«Je me suis battu jusqu’à la fin. Par contre, à certains niveaux, il était supérieur.»

Auger-Aliassime a vécu une première en carrière en jouant une partie de cinq manches.

«C’est la première, mais sûrement pas la dernière. Je dois apprendre pour être meilleur la prochaine fois dans cette situation.

«C’est difficile de savoir ce que j’aurais pu changer pour finir avec la victoire. Je n’ai jamais abandonné et j’ai tout essayé. Il a bien joué, mais j’aurais dû mieux servir.

«Malgré tout, je suis demeuré positif et j’y ai cru jusqu’à la fin même lorsque je tirais de l’arrière en cinquième manche.»

Bilan positif 

Lors de son passage en Australie, Auger-Aliassime aura maintenu une fiche de 7-2 dans les deux tournois auxquels il a participé. Une bonne façon de lancer une saison où il souhaite passer au niveau supérieur.

«Les deux premiers tournois se sont bien déroulés, a mentionné la fierté de L’Ancienne-Lorette. J’ai gagné trois matchs avant d’en perdre un qui était très serré.

«Il y a plusieurs choses intéressantes à retirer de ce tournoi. C’est dommage de ne pas avoir été en mesure de l’emporter aujourd’hui (samedi soir). C’est une pilule qui est dure à avaler, mais c’est le tennis. Ça va seulement m’aider dans le futur.»

Auger-Aliassime profitera de quelques jours de repos après deux semaines de compétitions en sol australien. Par la suite, il va reprendre l’entraînement à Monaco en prévision du tournoi de Rotterdam qui commence le 1er mars.