Crédit : Pierre-Paul Poulin / Le Journal

Canadiens de Montréal

Tomas Tatar: un message fort

Tomas Tatar: un message fort

Renaud Lavoie

Publié 14 février
Mis à jour 14 février

La semaine qui commence chez les Canadiens est un bien pour un mal. C’est six jours complets sans rencontre où il sera important de recharger les batteries parce que le calendrier sera particulièrement pénible, alors qu’entre le 20 février et 27 février la troupe de Claude Julien va disputer cinq rencontres. 

L’entraîneur-chef du Tricolore va profiter de la semaine pour donner du repos à ses joueurs, tout en s’assurant de travailler sur les détails importants qui rendront sa formation plus efficace lorsqu’ils seront sur la glace. Il y aura des entraînements prévus hors glace parce qu’il sera aussi important de changer la routine.  

Tomas Tatar doit redevenir Tomas Tatar  

La saison dernière, Tomas Tatar était un joueur très important pour créer de l’offensive chez les Canadiens. Sauf que depuis les dernières séries éliminatoires, il a perdu son flair offensif qui faisait de lui un incontournable pour son équipe. Il n’a marqué que deux buts (les deux dans un match face aux Flyers) en dix rencontres cet été. Par contre, il avait été très efficace défensivement, mais il est évident que les entraîneurs en voulaient un peu plus.

Après un début de saison fulgurant, trois buts à ses deux premiers matchs, Tatar a semblé perdre ses repères en ne marquant qu’un seul but et amassant quatre aides en douze matchs. Pire, il est devenu aussi une machine à revirements, ce qui a forcé Claude Julien à prendre une décision importante samedi, soit celle de laisser son meilleur pointeur de la saison dernière de côté.

Tatar très apprécié  

C’est un message fort que Claude Julien a lancé parce qu’il a clairement indiqué que les standards allaient être plus élevés cette saison. Si l’entraîneur-chef avait décidé d’accepter les erreurs constantes de Tatar, le message reçu par le reste du groupe n’aurait pas été le bon. 

En passant, il n’a pas décidé d’humilier Tatar en le clouant au banc pendant deux périodes, comme on a vu John Tortorella le faire à quelques occasions (et c’était tout à fait le droit de l’entraîneur des Blue Jackets) cette saison déjà. 

Claude Julien a décidé de prendre une autre approche qui évite une controverse durant un match. 

Ceci étant dit, tous les joueurs des Canadiens à qui nous avons parlé après la rencontre ont souligné que Tatar était un joueur important pour le CH et qu’il allait rebondir. Souhaitons maintenant que ce soit la dernière fois que le numéro 90 sera laissé de côté parce que lorsqu’il retrouvera son poste, il sera important qu’il trouve une façon de le conserver.