Crédit : Photo AFP

Patinage

Laurent Dubreuil champion du monde!

Publié | Mis à jour

Laurent Dubreuil a remporté le premier titre mondial de sa carrière.

Vendredi, dans la bulle de Heerenveen, aux Pays-Bas, Dubreuil a gagné la médaille d’or à son épreuve de prédilection du 500 mètres en vertu d’un chrono de 34,398 s aux championnats mondiaux de patinage de vitesse.

Auteur du meilleur temps d’ouverture (9,54 s), le patineur de 28 ans de Lévis n’a pas fait les choses à moitié en devançant le champion en titre et détenteur du record du monde Pavel Kulizhnikov, qui a conclu en 34s,54.

«C’est assez incroyable comme sentiment, a exprimé Dubreuil. J’avais les jambes pour gagner et je ne voulais pas passer à côté de cette opportunité. Habituellement, je suis satisfait de monter sur le podium, mais je voulais vraiment gagner aujourd’hui.»

«Mon départ a été vraiment bon, mon deuxième meilleur temps d’ouverture en carrière, et je savais que ça allait prendre ça pour gagner, mais je me savais capable, de poursuivre Dubreuil, qui remporte une deuxième médaille d’or individuelle en carrière chez les seniors après celle de la Coupe du monde de Heerenveen, le 11 novembre 2017. Avec ce départ, j’ai cassé mon adversaire [Dai Dai N’tab] qui se retrouvait parmi les favoris avec ses trois médailles en Coupe du monde.»

Confiant

Après sa course, Dubreuil jubilait même s’il restait deux paires où il devait s’élancer.

«Avec mon temps, ma première réaction a été de me dire que j’étais champion du monde, ce qui explique pourquoi j’étais si content. Je me disais que personne n’arriverait à me battre avant de réaliser qu’il vaudrait mieux attendre avant de célébrer. J’étais un peu stressé quand Kulizhnikov a pris le départ, mais il ne semblait pas à son meilleur. Je savais que les deux Russes dans la dernière paire ne parviendraient pas à battre mon temps.»

Gregor Jelonek a louangé la prestation de son protégé. «Laurent était motivé, il a connu un de ses meilleurs départs en carrière et il n’a pas hésité dans le second virage, a expliqué l’entraîneur de l’équipe nationale. Malgré sa vitesse (60 km/h), il a bien contrôlé le deuxième virage. C’est difficile d’imaginer à quelle vitesse ça va. Avec son temps, je savais qu’il terminerait sur le podium parce que les Russes ont un peu de misère à virer à l’intérieur.»

Jelonek a noté une progression constante depuis leur arrivée aux Pays-Bas.

«Laurent s’améliorait de course en course, a-t-il résumé. Il a raté l’or à une occasion et il se disait, pour les mondiaux, pourquoi pas moi. Techniquement, tactiquement et physiquement, il a fait une superbe course.»

Deuxième Québécois de l’histoire

Dubreuil est le premier Canadien à monter sur la plus haute marche du podium des championnats du monde au 500 m depuis Jeremy Wotherspoon en 2008, et seulement le deuxième de l’histoire. Wotherspoon a aussi gagné en 2003 et en 2004.

«Ça va bien pour moi, mais je ne suis vraiment pas Jeremy, qui est une légende de notre sport. C’est toutefois exceptionnel de réussir quelque chose que Jeremy a déjà fait.»

«C’est fou pour le patin au Québec d’avoir un champion mondial tout juste avant l’ouverture du Centre de glaces. Je suis super content d’avoir gagné le titre mondial malgré les embûches et avant qu’on reçoive de l’aide.»

Dubreuil devient seulement le deuxième Québécois à remporter l’or aux championnats mondiaux par distance. Sylvain Bouchard avait remporté l’or sur 1000 m en mars 1998.

Ces championnats par distance ont débuté en 1996 seulement.

Auparavant, il y avait seulement les mondiaux sprint, où Dubreuil a remporté l’argent en 2020 et que Gaétan Boucher a gagnés en 1984 et 1985.

Pour Dubreuil, il s’agit d’une troisième médaille aux championnats mondiaux en carrière.

Il avait remporté le bronze au 1000 m en 2020, tout comme en 2015 sur 500 m.