GEN-

Crédit : STEVE MADDEN/AGENCE QMI

Canadiens de Montréal

Cole Caufield transformé

Publié | Mis à jour

Marquer des buts sera toujours l’activité préférée de Cole Caufield, mais l’attaquant de l’heure aux États-Unis dans le circuit universitaire a poli plusieurs aspects de son jeu pour arriver à devenir un joueur de hockey plus complet.

Cette saison dans la NCAA, après 18 matchs, l’espoir du Canadien de Montréal domine le circuit pour les buts (14) et est à égalité pour les points (28). Le représentant des Badgers de l’Université du Wisconsin est surtout sur une séquence de 13 points en cinq matchs ; presque du jamais vu dans le circuit lors du dernier quart de siècle. 

«Je ne suis évidemment jamais satisfait, mais je me sens beaucoup mieux sur la glace. Mon jeu en tant que tel a décollé», a mentionné Caufield jeudi au Wisconsin State Journal, lui qui n’aurait pu mieux qualifier tout le succès qu’il connait dernièrement.

«J’aime bien mon éthique de travail aussi en ce moment, a-t-il confié. Je crois que peu importe quel est le pointage, peu importe combien de temps il reste au match, si je suis sur la glace, j’essaie de faire la différence. J’essaie de faire les bonnes choses.»

Un point de vue que son entraîneur-chef partage et apprécie certainement. La formation de Tony Granato se dirige vers une première saison gagnante en quatre ans. Caufield y est certainement pour quelque chose.

«Il mature en tant que joueur. Je crois que son jeu devient plus complet et poli», a indiqué celui qui a disputé 14 saisons dans la Ligue nationale de hockey.

Franc-tireur 

Bien qu’on veuille faire de Caufield un hockeyeur plus complet, le petit ailier sera toujours un marqueur de buts d’abord et avant tout. Après tout, c’est son lancer des ligues majeures et sa vitesse qui ont fait de lui l’un des meilleurs francs-tireurs d’âge junior de l’histoire du hockey américain.

«Je crois que le gros point positif pour Cole c’est qu’il a appris que mieux son trio jouait défensivement et sans la rondelle, plus les occasions [de marquer] viendraient, a soulevé Granato. L’autre chose qu’il a apprise c’est qu’il n’a pas besoin de marquer à chaque présence pour avoir une bonne partie.»

«Je me sens assez bien quand je vois la rondelle pénétrer dans le filet, de faire des jeux et d’alimenter mes coéquipiers, a quant à lui répliqué Caufield. Je m’en fais plus sur ma façon de jouer, si j’obtiens des chances.»

De son propre avis, l’athlète de 20 ans commence à prendre du plaisir à bien jouer dans les trois zones, ce qui est un beau progrès sur l’année précédente, sa première au niveau universitaire. Avec la moitié des matchs de disputés, Caufield n’est même qu’à huit points d’égaler sa production offensive de 2019-2020.