Entraînement Rocket

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Joël Bouchard n’est pas inquiet

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef du Rocket Laval Joël Bouchard n’a pas été surpris par le report du début de la saison de la Ligue américaine de hockey (LAH) au Canada et il s’attend à ce que son club reprenne l’action bientôt.

Officiellement, le circuit de développement a été très discret à propos de cette situation et n’a pas donné de raisons précises, lundi. Mais l’arrivée du Heat de Stockton – équipe californienne – à Calgary pourrait bien y jouer un rôle, selon Bouchard. Il refuse ainsi de s’inquiéter et s’est dit optimiste pour la suite des choses.

«Je ne vois pas d’incertitude pour [la tenue de] la saison, je veux qu’on soit très clair, a-t-il lancé, mardi, lors d’une vidéoconférence. Il ne faut pas penser que ce retard-là crée beaucoup de questionnements ou de remises en question. C’est juste parce que [les Flames de] Calgary ont décidé d’emmener Stockton au Canada.»

«Ce n’est pas une surprise. On s’y attendait un peu. Il faut être conscient que beaucoup d’équipes de la LAH cette année vont jouer dans des amphithéâtres de la Ligue nationale, donc c’est une logistique de plus. On s’y attendait, mais on ne s’attend pas à ce que ce soit décalé pendant plusieurs semaines. On parle peut-être de quelques jours avant qu’on ait une réponse.»

Continuer la préparation

Ainsi, les entraîneurs profiteront de ce temps supplémentaire pour y aller de deux matchs simulés, mercredi et vendredi, chaque fois le matin. Ils pourront ainsi compenser la journée de match simulée qui devait avoir lieu en fin de semaine, mais qui a finalement été annulée par mesure de précaution.

«De notre côté, on continue de travailler avec les gars. J’en ai tellement à enseigner avec les jeunes. Évidemment on a hâte de jouer, mais ce n’est pas du temps perdu», a fait valoir le pilote.

Comme dans la Ligue nationale de hockey (LNH), la LAH a opté pour une section canadienne pour éviter la période de quarantaine obligatoire lorsqu’on franchit la frontière canado-américaine. Elle mettra aux prises le Rocket, le Heat, les Marlies de Toronto, le Moose du Manitoba et les Senators de Belleville.

Motivés malgré tout

Questionné à propos de la convention collective qui a été ratifiée lundi soir, qui va retrancher une bonne partie du salaire des joueurs, Bouchard a par ailleurs indiqué qu’il ne s’attendait pas à voir une baisse de motivation chez ses protégés.

«Le rêve ultime d’un joueur de hockey qui joue avec le Rocket, c’est de jouer dans la Ligue nationale. Et ce sont des joueurs professionnels qui ont la passion de jouer. Je ne sens pas de [manque de motivation].»

«La réalité, c’est que des gars viendraient jouer ici pour presque rien.»