Crédit : Photo d'archives, Didier Debusschère

LHJMQ

Une victoire des Remparts et un record pour Patrick Roy

Kevin Dubé

Publié | Mis à jour

Patrick Roy est l’entraîneur ayant remporté le plus de matchs avec une seule organisation dans l’histoire de la LHJMQ. Grâce à une victoire de 3 à 1 des Remparts samedi soir face au Drakkar de Baie-Comeau, Roy a récolté sa 408e victoire en carrière avec les Diables rouges, dépassant ainsi Benoit Groulx (Hull/Gatineau) au premier rang.

Roy récoltait ainsi sa 408e victoire à son 687e match derrière le banc de l’équipe de la Capitale-Nationale. En carrière, il présente un dossier de 408 victoires et 279 revers, temps régulier et temps supplémentaire inclus.

«C’est toujours le fun de savoir que tu as été supporté et que tu as dirigé de bonnes équipes. J’ai toujours eu un bon groupe d’entraîneurs et j’ai une pensée pour un gars comme Martin Laperrière qui a été avec moi pour toutes ces victoires. Ça démontre sa loyauté et j’ai eu la chance d’être entouré par ces personnes», a-t-il commenté après le match.

Pas satisfait

Mais sa concentration n’était pas là-dessus du tout. Sa 408e victoire en carrière n’a pas été récoltée comme il l’aurait souhaité.

«Cette semaine, j’ai trouvé qu’on a plus ou moins bien pratiqué, surtout jeudi et vendredi et on a commencé le match de cette façon. On était un peu désordonnés [sloppy]. [...] Il faut être meilleurs et c’était un peu le message après le match. J’espère qu’on n’est pas satisfaits de cette performance parce que ce n’est pas le type de hockey qu’on veut jouer. Oui, c’est une victoire, mais on ne peut pas en être satisfaits», a analysé l’entraîneur, soulignant au passage le travail de son gardien Thomas Sigouin, qui a bloqué 23 des 24 tirs du Drakkar.

Dans le camp adverse, l’entraîneur-chef du Drakkar, Jean-François Grégoire, déplorait «une mauvaise gestion de match» de son équipe.

«On a créé beaucoup de surnombres. On a du bon matériel à montrer en enseignement. De plus, ce ne sont pas toujours nos plus jeunes qui ne font pas une bonne gestion de la rondelle. Il faut jouer dans notre identité et, comme individu, tu dois jouer dans tes forces. On fait trop de jeux de dentelle», a-t-il mentionné.

Malatesta soulagé

Point positif chez le Drakkar : le gardien Lucas Fitzpatrick a lui aussi été très bon samedi soir. Les Remparts ont eu besoin de 23 tirs avant de le déjouer pour la première fois, une œuvre de Thomas Caron qui créait l’égalité 1 à 1 en deuxième période.

James Malatesta a inscrit le but gagnant en début de troisième période puis Viljami Marjala a cloué le cercueil des Nord-côtiers en fin de troisième.

Dans le cas de Malatesta, il s’agissait d’un deuxième cette saison, mais il mettait aussi fin à une séquence de sept parties sans marquer.

«Je suis content d’avoir marqué et l’équipe a gagné. Je veux jouer le même style de jeu à chaque match et les choses comme ça vont arriver. Ça fait du bien, mais c’est l’équipe qui importe. Mon but faisait 2 à 1 donc c’était bon pour nous.»

Les deux équipes s’affronteront de nouveau dimanche soir, dans l’environnement protégé de Rimouski.