Boxe

Camille Estephan sous le choc

Publié | Mis à jour

En raison de la quarantaine obligatoire, le promoteur Camille Estephan n’est pas en mesure d’accompagner ses boxeurs lorsqu’ils se produisent au Mexique. Vendredi soir, lorsqu’il a regardé la conclusion du combat entre Steven Butler et Jose de Jesus Macias, il a eu un petit pincement au cœur.

«Je suis sous le choc, a indiqué Estephan quelques minutes après la fin du combat. J’ai constaté qu’il avait mal à sa main droite après le troisième round.»

• À lire aussi: Butler se fait passer le K.-O. au Mexique

«Son entraîneur, Mike Moffa, a commencé à lui dire de lancer sa gauche. Par la suite, tout s’est écroulé comme un château de cartes. On ne va pas se raconter d’histoire.»

Au cours de sa carrière de promoteur, Estephan a vécu plusieurs défaites avec ses poulains dans des combats importants. Celle subie par Butler contre Macias est la plus difficile à encaisser.

«C’est à la fois ma première grande surprise et déception. On aura une rencontre d’équipe pour analyser ce qui est arrivé.»

Il n’a pas voulu préciser les plans futurs de son protégé, mais il est bien conscient qu’il aura du boulot pour le ramener dans un combat d’envergure dans un avenir rapproché.

Il ne voudra surtout pas que Butler serve de faire-valoir aux étoiles montantes de la boxe. Il l’aime et le respecte beaucoup trop pour aller dans cette direction.

Stiverne: autre knock-out 

Pendant ce temps, en Floride, Bermane Stiverne a subi une autre défaite cuisante. L’ancien champion du monde WBC des lourds s’est incliné par knock-out au 11e round contre Trevor Bryan alors que le titre régulier WBA était à l’enjeu.

Le Québécois d’origine haïtienne a été plus compétitif qu’à ses derniers combats, mais il a été rapidement débordé par les attaques de Bryan. Stiverne a encaissé comme il a pu. Toutefois, il semble vraiment rendu au bout du rouleau.

Il a eu quelques bonnes séquences dans lesquelles il a atteint solidement Bryan. Il n’a pas réussi à l’ébranler et ce fut la fin des émissions.

À 42 ans et trois défaites consécutives par knock-out, Stiverne doit accrocher ses gants. Il ne peut pas jouer à la roulette russe avec sa santé.