Boxe

Butler se fait passer le K.-O. au Mexique

Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

Steven Butler a frappé un mur, vendredi soir, dans un gala d’Eye of the Management présenté au Mexique. Il s’est incliné par knockout au cinquième round devant le Mexicain Jose de Jesus Macias.

Macias (28-10-3, 14 K.-O.) l’a emporté avec un puissant crochet de gauche à la mâchoire de Butler (28-3-1-, 24 K.-O.). Le boxeur local a ainsi remporté les ceintures WBC francophone, NABF et NABA des poids moyens.

Pourtant, Butler semblait en contrôle des échanges lors des quatre premiers assauts. On voyait un peu la touche de son nouvel entraîneur Mike Moffa dans son style.

«On a commencé comme on voulait, a souligné Moffa. On savait que Macias était dangereux et il boxait à domicile. On faisait attention, car c’est un adversaire qui peut t’endormir et qui peut lancer des coups explosifs.

«Ça n’a pas réussi. Il est rentré dans un crochet de gauche. C’est un gars qu’on devait battre.»

Cette deuxième défaite consécutive fera très mal à Butler. Malgré un changement d’entraîneur, il vient d’encaisser un autre revers douloureux. Ce n’était pas le scénario envisagé par son promoteur Camille Estephan qui rêvait d’un affrontement avec Jaime Munguia en 2021.

Le patron d’Eye of the Tiger Management aura beaucoup de pain sur la planche pour le ramener dans un combat d’envergure dans un avenir rapproché.

Akhmedov dominant

En demi-finale, Sadriddin Akhmedov (12-0, 10 K.-O.) a été solide du début à la fin pour remporter une victoire par décision unanime contre Stephen Danyo (17-4-3, 6 K.-O.).

Il a mis la main sur les titres WBC francophone, WBA continental des Amériques et NABF des mi-moyens avec ce gain.

Akhmedov a bien essayé de l’emporter par knockout, mais Danyo a survécu à toutes ses attaques. Il faut préciser que le Néerlandais sait comment se sortir des tempêtes dans le ring. D’ailleurs, il n’a jamais perdu par knockout au cours de sa carrière.

Pour ce premier combat en altitude, Akhmedov a été en mesure d’avoir de l’essence dans le réservoir pendant 10 rounds. Il a été capable de finir le duel en force.

«C’est un beau combat d’apprentissage, a souligné son entraîneur Samuel Décarie. Danyo ne voulait pas s’engager avec Sadriddin et ça l’a affecté la qualité du spectacle.

«On a maintenant de la matière sur laquelle on peut travailler avec lui au gymnase. Sa transition entre les amateurs et les professionnels est maintenant complétée. C’est un premier pas vers les grands combats.»

Débuts victorieux

Lors du premier duel de la soirée, Christopher Guerrero (1-0) faisait ses débuts chez les professionnels. Malgré quelques passages où il a reçu des coups inutiles, le Québécois a remporté une victoire par décision unanime (40-37 x 3) contre Armando Morales Gutierrez (1-2, 1 K.-O.).

Toutefois, son entraîneur Mike Moffa n’a pas apprécié certains passages de la performance offerte par son poulain. Il lui a fait savoir son mécontentement au terme du duel.

Par contre, il faut préciser que Guerrero est seulement âgé de 18 ans. Il a encore beaucoup de choses à peaufiner et à apprendre dans son sport. Il a cependant montré des séquences intéressantes.

Frappée par la COVID

Finalement, on a eu droit à trois combats au lieu de quatre. Le duel entre Leila Beaudoin (3-0-0, 1 K.-O.) et la Mexicaine Maria Guadalupe Esquivel Zamora (4-16-1) a été annulé quelques minutes avant le coup d’envoi de la soirée.

La Québécoise a reçu un résultat positif à la COVID-19 vers 19h alors qu’elle était en train de se faire bander les mains. Comme on le sait, Beaudoin était arrivée au Mexique plusieurs semaines à l’avance pour finir son camp d’entraînement en prévision de son combat.

Pourtant, lorsque le Journal de Montréal lui avait parlé en début de semaine, elle avait assuré qu’elle avait pris toutes les dispositions sanitaires pour éviter tout contact social.

Selon les normes établies, Beaudoin pourrait devoir rester pour une période de 14 jours au Mexique avant de rentrer au Canada où elle devra faire une autre quarantaine. Une conclusion qu’elle ne s’attendait sûrement pas.