Crédit : Sébastien St-Jean / Agence QMI

Soccer

Montréal perd le soutien du gouvernement pour le Mondial 2026

Publié | Mis à jour

La candidature de Montréal pour héberger des matchs de la Coupe du monde de soccer de 2026 serait en péril, alors que la Ville a confirmé que le gouvernement du Québec avait retiré sa promesse de soutien financier, jeudi.

La Presse avait appris en journée que Québec, via le ministère du Tourisme, ne souhaitait plus participer financièrement au projet, dont le coût pourrait s’élever à 103,4 millions $. 

Le premier ministre François Legault aurait justifié ce choix par l’obligation de soutenir la relance des grands événements et des festivals après la pandémie de COVID-19.

Rappelons que le Mondial 2026 sera disputé en Amérique du Nord et qu’une vingtaine de villes à travers le Canada, les États-Unis et le Mexique ont déposé leur candidature. Ce sera également la première Coupe du monde à 48 équipes organisée par la FIFA.

Du côté de Montréal, on dit par le passé avoir «obtenu des engagements écrits de la part de ses partenaires gouvernementaux pour un partage équitable des coûts de la tenue de cet événement majeur».

«Le retrait de la participation financière du gouvernement du Québec met donc en péril la candidature montréalaise – seule ville francophone en lice», en conclut M. Youssef Amane, directeur des communications au cabinet de la mairesse Valérie Plante, dans un échange de courriels.

La métropole québécoise étudiera désormais les implications légales, économiques et sportives du retrait du gouvernement provincial. On se désole surtout par rapport à l’impact que pourrait avoir la tenue du tournoi sur l’île.

«Rappelons que l’obtention de la Coupe du Monde de la FIFA 2026, vitrine sportive de renommée internationale, serait un formidable moteur de relance économique et touristique pour Montréal, tout en étant un outil de développement social et d’intégration pour les jeunes qui pratiquent ce sport dans la métropole», a indiqué M. Amane.