Crédit : AFP

NFL

Josh Allen estime avoir prouvé qu’il était l’homme de la situation

Publié | Mis à jour

En menant les Bills de Buffalo à une première finale d’association depuis 1993, le quart-arrière Josh Allen estime avoir prouvé qu’il était l’homme de la situation pour mener le club jusqu’au Super Bowl.

Après deux saisons ordinaires depuis qu’il a été sélectionné au septième rang du repêchage de la NFL en 2018, Allen a connu une véritable éclosion en 2020. Il a notamment complété 37 passes de touché pour aider la formation à conserver un dossier de 13-3.

«J'ai prouvé qu'ils n'avaient pas commis d'erreur en me repêchant, il y a quelques années. Je dois continuer à aller sur le terrain et avoir le même état d'esprit. J'essaie juste d'aider cette équipe à gagner avec tout ce que je peux et de toutes les manières possibles», a indiqué Allen mardi, selon le site officiel de la NFL.

Identité propre

Allen sait toutefois qu’il ne peut pas tout faire seul, et il croit que les Bills ont tout ce qu’il faut pour remporter un premier Super Bowl.

Par ailleurs, si la défaite de 38 à 24 face aux Chiefs de Kansas City lors de la finale de l’Association américaine a eu des allures de victoire pour certains, Allen sait très bien que ce genre de résultat aura dorénavant une saveur bien différente si l’équipe ne parvenait pas à atteindre la prochaine étape.

«À partir d'ici, si vous ne gagnez pas tout, vous allez avoir ce genre de sentiments et ces types d'émotions», a-t-il statué

En voyant les Chiefs être de retour au Super Bowl pour défendre leur titre, Allen croit qu’il a beaucoup à apprendre et à retenir de ses récents adversaires. Mais pas question, toutefois, de tenter de les imiter, puisque les Bills ont leur propre identité.

«Je pense que c'est ce que chaque équipe voudrait, être dans des Super Bowl consécutifs et avoir la capacité de gagner plusieurs Super Bowl, a acquiescé Allen. C'est quelque chose que nous devons prendre du recul et regarder.»

«[Mais] nous ne voulons pas être eux. Nous ne voulons être personne d'autre. Nous voulons être la meilleure version de nous-mêmes ici. Nous pensons que c'est suffisant.»