Crédit : Photo d'archives, DIDIER DEBUSSCHERE

LHJMQ

Un festival de buts à l’avantage de l’Océanic

Publié | Mis à jour

Patrick Roy devra attendre avant de devenir l’entraîneur le plus victorieux avec la même équipe. Généreux avec leurs adversaires, ses Remparts ont trébuché 7 à 5 face à l’Océanic, en conclusion de la deuxième vague d’événements protégés de la LHJMQ au Colisée Financière Sun Life de Rimouski, dimanche après-midi.

Roy reste donc à 407 gains derrière le banc du club québécois, à égalité en tête avec Benoît Groulx qui a connu ses succès à la barre des Olympiques de Gatineau.

Pour l’Océanic, dont le visage a été remodelé au cours des dernières semaines par plusieurs transactions, il s’agissait d’une première victoire en sept sorties, soit depuis le 19 novembre en raison de la longue pause des Fêtes forcée par la pandémie.

Le retour du Tchèque Adam Raska dans l’alignement rimouskois s’est fait sentir. À son premier match de la campagne, l’attaquant de 19 ans, qui a pu rejoindre l’équipe à la suite de sa participation au Championnat mondial junior dans la bulle d’Edmonton, a fait secouer les cordages deux fois en plus de finir la rencontre avec cinq mises en échec. Le capitaine Nathan Ouellet a aussi eu son mot à dire avec un but et une passe.

«C’est un joueur de premier plan et c’est de la dynamite, autant dans le vestiaire que sur la patinoire, a lancé l’entraîneur-chef et directeur général de l’Océanic, Serge Beausoleil. Il a été la bougie d’allumage et je suis content de voir comment les gars se sont comportés contre les Remparts qui ont une belle offensive.»

Manque de constance

Si les Remparts étaient parvenus à revenir de l’arrière trois fois la veille contre l’Armada avant de l’emporter, ils y sont parvenus une seule fois, dimanche. Les joueurs de Rimouski ont scié les jambes des visiteurs lorsqu’ils menaient 5 à 4 en marquant deux buts en l’espace de 28 secondes en troisième période.

L’offensive a une fois de plus fonctionné à plein régime, réussissant notamment deux buts avec l’avantage d’un homme en trois occasions, mais le jeu défensif a connu des ratés, et contre un club revigoré à l’attaque, ça ne pardonne pas.

«Défensivement, on n’a pas été très bon, on a causé beaucoup de revirements et ç’a causé la majorité des buts qu’on a accordés, a reconnu Roy en visioconférence. L’Océanic a bien travaillé et a bien bougé la rondelle et ils ont été opportunistes avec la qualité de leurs tirs.»

«Nos performances offensives sont intéressantes, mais il faut apprendre à gérer le match comme il est. Ce n’est pas parce qu’on marque des buts qu’il faut donner autant de chances de marquer. Cela dit, c’est ça, une équipe qui apprend.»

Rousseau chassé

N’empêche qu’avec cette saison hors-norme en raison de la pandémie, avec de longs moments sans match ainsi qu’une incertitude persistante, les joueurs n’ont pas vraiment l’occasion de travailler sur leur constance sur la glace. Cela peut expliquer en partie pourquoi les Remparts ont été moins efficaces que la veille défensivement, où ils avaient alloué quatre buts.

«On sait qu’on aura une autre bulle dans une semaine, mais tout au long de l’année, on est allé à l’aréna dans l’incertitude, a rappelé le vétéran Pierrick Dubé, auteur de deux buts et d’une mention d’aide, dimanche. Ça joue un peu sur notre mental et c’est plus dur que dans une saison régulière pour avoir une constance. Mais il ne faut pas s’en servir comme excuse et travailler plus fort.»

À son troisième départ de la campagne, la recrue des Remparts, William Rousseau, a subi le crochet de son entraîneur après avoir alloué cinq buts sur 20 tirs. En relève, Thomas Sigouin a stoppé quatre des six rondelles auxquelles il a fait face. La victoire est allée à Jonathan Labrie, qui a joué les sauveteurs pour le partant Raphaël Audet.

«Je sentais que sa confiance commençait à diminuer, a dit Roy au sujet de Rousseau. On ne veut pas le brûler, on essaie de bien gérer ça et on n’a pas été bons devant lui. Cela dit, il y a des rondelles qui sont passées au travers [lui] et il va falloir que William se ressaisisse et trouve une manière que les rondelles ne le traversent pas.»

En vitesse

Les équipes ont jusqu’à midi lundi pour transiger. Beausoleil a assuré que Zachary Bolduc, impliqué dans certaines rumeurs, resterait dans le Bas-Saint-Laurent. «Je serai joignable jusqu’à midi, mais quand ça va être pour Zachary, je ne répondrai pas au téléphone!»

Les Remparts prendront l’action samedi soir prochain face au Drakkar de Baie-Comeau, toujours à Rimouski dans le cadre de la troisième vague d’environnements protégés. Quant à l’Océanic, l’équipe se mesurera aux Cataractes de Shawinigan en après-midi le même jour.