Canadiens de Montréal

Un Michael Ryder 2.0

Un Michael Ryder 2.0

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 23 janvier
Mis à jour 23 janvier

Les partisans des Canadiens de Montréal apprennent à découvrir Tyler Toffoli. Plusieurs sont surpris de le voir à l’œuvre.

Pas moi.

J’ai toujours apprécié son flair offensif et ses habiletés à trouver le fond du filet. C’est un marqueur naturel, c’est un franc-tireur.

Ses instincts offensifs lui permettent de savoir où se positionner sur la glace. C’est en lui. Pas besoin de lui apprendre.

Son tir est sûrement sa principale qualité. Toffoli sait où se trouve le filet. Il n’a pas besoin de regarder. Son tir est précis, puissant et toujours menaçant pour les gardiens adverses qui doivent toujours être alerte et savoir où Toffoli se trouve sur la glace.

Son passé est là pour le démontrer.

À l’âge de 15 ans, il a marqué un impressionnant total de 68 buts avec les Canadiens Jr de Toronto AAA (U16).

À 18 ans, à sa troisième saison (2010-11) avec les 67’s d’Ottawa, Toffoli a inscrit 57 buts. D’ailleurs, cette récolte lui a permis d’être le meilleur buteur au hockey junior canadien.

L’année suivante (2011-12) à 19 ans, Toffoli a de nouveau atteint le prestigieux plateau des 50 buts (52) avec les 67’s d’Ottawa. Il fut le meilleur buteur en Ontario pour une deuxième année de suite.

À son année recrue dans la Ligue américaine (2012-13), Toffoli a marqué 28 buts en 58 parties. Cette performance lui a valu le titre de recrue de l’année dans ce circuit.

Depuis son arrivée dans la LNH, Toffoli a connu quatre saisons de 20 buts dont une de 31. J’ai toujours pensé qu’il avait le potentiel d’en marquer davantage, mais il a encore du temps devant lui puisqu’il n’a que 28 ans.

Comparé à Michael Ryder

Claude Julien a reconnu que Tyler Toffoli lui fait penser à Michael Ryder.

Ryder a joué sous les ordres de Julien avec les Olympiques de Hull, les Bulldogs de Hamilton, les Canadiens de Montréal et les Bruins de Boston.

Et je suis en accord avec l’entraîneur-chef du Tricolore.

Bon, Ryder portait le no 73, mais chose pour Toffoli.

Les deux sont droitiers.

Ryder avait un flair pour marquer des buts. Son tir était vif et précis. Même chose pour Toffoli. 

Ryder avait tendance à être discret pendant quelques matchs, mais donnait aussi l’impression d’avoir le potentiel d’un marqueur de 50 buts certains soirs. Même chose pour Toffoli.

Une chose est certaine, marquer des buts ne s’enseigne pas au hockey. C’est inné pour Ryder et Toffoli.