Crédit : Photo AFP

Baseball - MLB

Un projet de St. Petersburg qui dictera l’avenir des Rays

Publié | Mis à jour

Devant les difficultés connues par l’organisation des Rays de Tampa Bay lors des dernières années, plusieurs Québécois se sont mis à rêver à un retour à temps plein du baseball majeur à Montréal.

Pour la ville de St. Petersburg, il s’agit désormais de revitaliser la zone qui entoure le Tropicana Field, l’édifice qui héberge les Rays depuis leurs débuts en 1998, afin de participer au développement économique du coin.

Vendredi, la fenêtre de cinq mois pour proposer un projet intéressant pour cette zone d’environ 350 000 mètres carrés s’est fermée. L’administration du maire Rick Kriseman a reçu huit candidatures de grandes firmes. Ce qui pourrait piquer la curiosité de certains, c’est que la Ville a demandé à recevoir des projets avec et sans stade de baseball

Selon les estimations, revitaliser la zone coûterait plus de 1 milliard $ en conservant le Tropicana Field, mais seulement 643 millions $ si celui-ci laissait sa place à un autre type de construction. Avec ou sans stade, la zone sera complètement achevée en 2029.

Avec Montréal?

Du côté des Rays, leur bail sur la propriété est éligible jusqu’en 2027. Selon l’entente, les Rays n’ont pas le droit de disputer des matchs à domicile dans un endroit autre que le Tropicana Field. Bien entendu, l’organisation du baseball majeur aura son mot à dire sur la construction – ou non – d’un nouvel édifice.

Or, les Rays auraient l’intention d’étudier plus en profondeur la possibilité de partager leur temps entre la région de Tampa Bay et Montréal, et ce, avant la saison 2028.

Selon le bail actuel, les Rays sont également engagés à produire la moitié des revenus générés sur la propriété. Cependant, les quartiers avoisinants le Tropicana Field n’ont pas beaucoup progressé depuis qu’on leur a promis un vrai boom économique avec l’arrivée d’une équipe des ligues majeures.

Ce serait l’un des arguments en faveur d’un projet plus économique, loin de l’«expérience baseball» et de son succès mitigé. Bâti en 1990, le Tropicana Field est souvent jugé comme l’un des pires amphithéâtres de la ligue.

Il s’agit d’ailleurs de l’un des derniers projets du maire Kriseman, qui quittera son poste en 2022. A-t-il l’intention de déclencher une véritable bombe d’ici la fin de son mandat en délaissant le baseball à St. Petersburg?

L’organisation des Rays aura donc des choix importants à faire d’ici-là, afin de savoir si elle décide de participer à l’un ou l’autre des projets retenus par la Ville. «Nous sommes curieux de voir comment le processus progressera», a déclaré vendredi le président des Rays Brian Auld dans un communiqué.