FBN-SPO-DIVISIONAL-ROUND---TAMPA-BAY-BUCCANEERS-V-NEW-ORLEANS-SA

Crédit : AFP

NFL

Tom Brady, le «joueur-entraîneur»

Publié | Mis à jour

Quand les Buccaneers de Tampa Bay ont mis la main sur le quart-arrière Tom Brady en mars dernier, l’entraîneur-chef Bruce Arians voulait qu’il soit un mentor pour les jeunes joueurs de sa formation.

«Nous sommes tellement jeunes. Nous sommes bons, même très bons. Nous avons cependant besoin que Tom enseigne à nos gars comment gagner, qu’il leur enseigne comment être des professionnels. J’ai très hâte de voir l’impact qu’il aura sur nos athlètes», avait dit Arians au réseau NBC Sports à l’époque.

Près de 10 mois plus tard, les «Bucs» se sont qualifiés pour la finale de l’Association nationale et sont à deux victoires de mettre la main sur le trophée Vince-Lombardi.

Dimanche, dans un gain de 30 à 20 sur les Saints de La Nouvelle-Orléans, Brady a réussi ce qu’il devait faire, mais ce n’est pas lui qui a permis à sa formation de l’emporter. Il s’agit plutôt de deux jeunes demis de coin de 22 ans, soit Devin White et Antoine Winfield fils. Les deux joueurs défensifs ont réalisé des interceptions, ce qui a ensuite permis au quart de 43 ans d’inscrire de précieux points.

De sages conseils

Après la partie en conférence de presse, White a parlé de l’impact qu’a eu Brady sur lui cette saison.

«La chose que j’adore à propos de Tom, c’est qu’il nous enseigne constamment, a-t-il dit. Il me montre comment être un bon leader. Tous les jours, pendant tous les entraînements, il met les besoins de l’équipe avant les siens.»

White a aussi donné un exemple concret du soutien de Brady à son endroit.

«Il y a quelques semaines, j’étais frustré de ne pas avoir été sélectionné pour le Pro Bowl. Il m’a dit : “il y a un autre honneur que je cherche à gagner [le Super Bowl]. Nous devons tous pousser dans le même sens pour l’obtenir. Allez mon gars”. C’était de la musique à mes oreilles. Je devais entendre cela. [...] Il cherche toujours à gagner, même s’il est dans la quarantaine. Je suis tellement reconnaissant de pouvoir passer du temps avec lui.»

Plus qu’un joueur

En entendant des histoires de la sorte, Arians peut dire qu’il a obtenu exactement ce qu’il souhaitait et même plus en embauchant le détenteur de six bagues du Super Bowl.

«C’est un leader accompli et il l’a été toute l’année, a affirmé l’entraîneur de 68 ans. Il donne de la confiance à notre équipe de façon permanente. Je lui permets d’être lui-même. Avec [les Patriots de la] Nouvelle-Angleterre, on ne lui permettait pas de jouer les entraîneurs. Je lui permets de le faire. Parfois, je m’assois et je le regarde faire.»