Crédit : AFP

Boxe

Sergey Kovalev testé positif?

Publié | Mis à jour

Un ancien adversaire de Jean Pascal et d’Eleider Alvarez a été déclaré positif à une substance interdite par la Voluntary Anti-Doping Association (VADA) dans les derniers jours.

Les échantillons de Sergey Kovalev (34-4-1, 29 K.-O.) ont révélé la présence de testostérone synthétique, selon un document obtenu par le journaliste Dan Rafael. Son combat contre Bektemir Melikuziev, qui devait avoir lieu le 30 janvier en Californie, a maintenant de fortes chances d’être annulé.

Dans les minutes après l’annonce de la nouvelle, Jean Pascal s’est contenté de publier quelques émoticônes avec un refus de commenter.

«Je ne veux pas faire de commentaire, a indiqué le champion du monde WBA des mi-lourds lorsque joint par "Le Journal de Montréal". Je ne suis pas un mauvais perdant. C’est tout ce que je peux dire.»

Pascal a affronté Kovalev à deux reprises en l’espace de 10 mois en 2015 et 2016. Lors du premier duel, malgré une furieuse bataille, le Québécois s’était incliné par arrêt de l’arbitre au huitième assaut.

Pendant cet affrontement, Pascal avait eu le tympan perforé. Il avait également mentionné à des proches que la force de frappe de Kovalev n’était pas normale pour un mi-lourd. Le Russe était l’un des premiers opposants à l’ébranler durant un combat.

Les tests antidopages, qui avaient été effectués par la VADA durant les camps d’entraînement des deux boxeurs, n’avaient rien révélé d’anormal.

Contre Alvarez

Deux ans plus tard, ce fut au tour d’Alvarez de croiser le fer avec Kovalev à deux reprises dans un délai de six mois. Le protégé de Marc Ramsay est devenu champion du monde dans le premier duel avant de perdre son titre WBO dans le deuxième.

Encore une fois, les tests antidopages sont tous revenus négatifs chez les deux athlètes. Alvarez, qui est au chevet de son père en Colombie, n’a pas été en mesure de réagir à la nouvelle sur son ancien adversaire.

Son promoteur Yvon Michel s’est montré diplomate par rapport à la situation de Kovalev.

«J’ai lu les commentaires de son promoteur [Kathy Duva] et je crois qu’il faut lui laisser le bénéfice du doute quant à son intention de dopage, a indiqué le patron du groupe GYM. Par contre, même si c’est par inadvertance, il va devoir en payer le prix parce qu’en Amérique, on considère que c’est la responsabilité de l’athlète de s’assurer d’être propre.»

«C’est une bonne chose pour le sport et pour tous les autres athlètes.»

Sur le déclin

La carrière et la vie personnelle de l’ancien champion du monde a pris une drôle de tournure au cours des deux dernières années. Quelques jours avant son deuxième combat contre Alvarez en 2019, il a été mêlé à une histoire d’agression sur une femme en Californie.

Puis, le 19 décembre dernier, il s’est fait prendre pour avoir diffusé de façon illégale un combat du réseau DAZN sur son compte Instagram. Jeudi, ce fut son histoire de dopage.

Kovalev ne s’est pas battu depuis novembre 2019 lorsqu’il a encaissé une défaite à sens unique contre Canelo Alvarez. Après ce revers, il avait une entente avec le réseau DAZN pour deux autres combats. À la lumière des derniers événements, il ne faudrait pas se surprendre que cette entente soit annulée.