Crédit : Photo d'archives, AFP

LNH

La machine Ovechkin se remettra-t-elle en marche?

Publié | Mis à jour

La saison 2020-2021 des Capitals de Washington doit s’amorcer jeudi et cela signifie que la chasse aux plus hauts sommets d’Alexander Ovechkin peut reprendre, mais le vétéran de 35 ans continuera-t-il ses succès? Au sein de son équipe, personne n’a de doute à ce sujet.

Ovechkin entame sa 16e saison dans la Ligue nationale de hockey (LNH) et à l’image de ses coéquipiers, il voudra évidemment racheter l’élimination du club subie aux mains des Islanders de New York au premier tour des séries 2020. Au plan individuel, le Russe occupe le huitième rang de l’histoire des marqueurs du circuit avec 706 buts. Il lui en manque deux pour rejoindre un ancien des «Caps», Mike Gartner. Cette saison, il a aussi des chances logiques de dépasser Marcel Dionne et Phil Esposito, respectivement cinquième et sixième avec 731 et 717 filets.

«Il a répondu à chaque défi et trouve des façons de s’ajuster. Il est capable de se débrouiller pour inscrire des buts», a simplement affirmé le directeur général de l’équipe, Brian MacLellan, au quotidien «The Washington Post».

«Peu importe son âge, Ovi sera toujours Ovi, je pense, a ajouté l’attaquant Nicklas Backstrom. Nous savons tout ce qu’il peut donner quotidiennement. Il peut jouer physiquement et marquer des buts. Il n’y a pas de limites pour lui. Je crois que ça dit tout à propos de son caractère.»

Une production phénoménale

Aussi, le corécipiendaire du trophée Maurice-Richard lors de la dernière campagne a obtenu en moyenne 0,64 but en moyenne par rencontre à compter de la saison 2017-2018, couronnée par le triomphe des Capitals en finale de la coupe Stanley. Ce rendement est supérieur aux jeunes vedettes de la LNH que sont Auston Matthews (0,59) et Connor McDavid (0,54).

Aussi, l’organisation de la capitale américaine ne s’inquiète pas d’une baisse de régime d’Ovechkin, ni de la pause des activités de la ligue ou du calendrier condensé.

«Il aura toujours cette capacité de produire en avantage numérique et de miser sur son tir sur réception. Mais je crois qu’il a appris diverses manières de compter des buts ou de contribuer de différentes façons, a ajouté MacLellan. À certains moments de sa carrière, il paraissait un peu plus lent, mais il a pris le contrôle de son conditionnement physique. Il s’est ajusté complètement. Je parierais qu’il le fera à nouveau.»

D’ailleurs, combien de fois le numéro 8 fera-t-il secouer les cordages cette saison? Il ne faut pas exclure une autre récolte sensationnelle, selon Backstrom.

«Je dirais 35, mais je place la barre plutôt basse. Espérons que ce sera plus», a-t-il dit.

«Je ne gagerais pas contre lui. Il peut continuer d’obtenir du succès aussi longtemps qu’il le veut, tant qu’il est engagé mentalement. C’est une personne solide, il amène tout à la patinoire et devant chaque défi, il avance», a de son côté émis MacLellan.