Crédit : AFP

Tennis

Andy Murray incertain pour l'Australie

Publié | Mis à jour

L'ex-N.1 mondial Andy Murray a été testé positif au Covid-19, selon les informations publiées jeudi par divers médias britanniques, ce qui pourrait remettre en cause sa participation aux Internationaux d'Australie, qui commence le 8 février.

Cinq fois finaliste à Melbourne, l'Écossais devait rallier l'Australie à bord d'un des vols charter affrétés par l'organisation du tournoi. Mais Murray s'est placé en quarantaine à son domicile.

• À lire aussi: Une défaite crève-cœur en sol torontois

• À lire aussi: LNH: les faits saillants du 13 janvier

Selon l'agence de presse PA, le champion olympique 2012 ne présente pas de symptômes graves et espère faire le voyage vers l'Australie à une date ultérieure.

En raison du Covid-19, les joueurs et joueuses participant aux Internationaux d'Australie devront observer une période de quarantaine de deux semaines avant le début du tournoi, qui a été reporté de trois semaines pour finalement être programmé du 8 au 21 février.

Les joueurs ne peuvent entrer dans le pays «qu'avec une preuve de test négatif au Covid-19 effectué en amont du départ, ou avec une autorisation de voyage, en tant que cas de guérison, laissée à l'entière discrétion d'une autorité gouvernementale australienne», ont précisé les organisateurs du premier tournoi du Grand Chelem de l'année.

Ces règles drastiques ont poussé notamment l'Américain John Isner (N.25) à renoncer à disputer le tournoi car il «ne voulai(t) pas être loin de (s)a famille pendant si longtemps».

Les N.2 et N.3 mondiaux Rafael Nadal et Dominic Thiem seront eux privés de leurs entraîneurs à Melbourne, aussi pour des motifs liés à la pandémie de Covid-19.

Internationaux d'Australie: un joueur embarque malgré un test positif

Le joueur de tennis américain Tennys Sandgren, qui craignait de ne pas pouvoir prendre l'avion pour disputer les Internationaux d'Australie en raison d'un test positif au coronavirus lundi, a finalement pu embarquer car il s'agit d'un cas de guérison, ont indiqué les organisateurs jeudi.

«Les joueurs ne peuvent entrer en Australie pour l'Open d'Australie qu'avec une preuve de test négatif au Covid-19 effectué en amont du départ, ou avec une autorisation de voyage, en tant que cas de guérison, laissée à l'entière discrétion d'une autorité gouvernementale australienne», précisent dans un communiqué les organisateurs du premier tournoi du Grand Chelem de l'année, prévu du 8 au 21 février.

Tennys Sandgren, 50e au classement ATP, avait été testé une première fois positif au Covid-19 en novembre avant de révéler dans un tweet jeudi un nouveau test positif: «Positif au Covid à Thanksgiving. Positif au Covid lundi. Pourtant, les tests PCR sont la "référence" ?», a-t-il critiqué.

Mais une heure plus tard, l'Américain s'est félicité: «Wow, je suis dans l'avion. J'ai peut-être retenu mon souffle trop longtemps. Craig Tiley (le directeur du tournoi, ndlr) est un magicien.»

Face aux critiques sur les réseaux sociaux en Australie, où le coronavirus est largement contenu depuis plusieurs mois, les organisateurs se sont justifiés: «Dans le cas de Tennys Sandgren, qui a révélé qu'il avait été testé positif fin novembre, son dossier médical a dû être examiné par les autorités sanitaires de l'État de Victoria. C'est à l'issue de cet examen qu'il a été autorisé à voler.»

«Mes deux tests étaient espacés de moins de huit semaines. J'ai été malade en novembre, et je suis maintenant en parfaite santé. Il n'y a pas un seul cas documenté selon lequel je serais contagieux à ce stade», s'est aussi défendu Sandgren sur Twitter, se disant «totalement guéri».

L'Américain devra quoiqu'il en soit observer une période de quarantaine stricte de 14 jours, imposée par les organisateurs du tournoi du Grand Chelem à tous les joueurs venant de l'étranger.

Ces derniers devront rester dans leur chambre d'hôtel 19 heures par jour, et ne seront autorisés à sortir que pour s'exercer et s'entraîner pendant cinq heures dans des conditions sanitaires strictes.