Canadiens de Montréal

Phillip Danault en paix avec sa situation

Publié | Mis à jour

Phillip Danault reste une pièce cruciale du casse-tête du Canadien. À 27 ans, le Québécois est le centre du trio le plus expérimenté de l’équipe aux côtés de Tomas Tatar et de Brendan Gallagher. Au-delà de cette tâche au sein de la première unité, il servira aussi de grand frère pour les plus jeunes centres de l’équipe, Nick Suzuki, Jesperi Kotkaniemi, Jake Evans et Ryan Poehling.

Danault a une valeur inestimable, autant sur la glace qu’à l’intérieur du vestiaire. Mais il y a un endroit où son impact demeure encore à déterminer. Il s’agit de sa future empreinte sur le plafond salarial.

En 2020-2021, Danault jouera la dernière année d’un contrat de trois ans de 3,083 millions annuellement. À la fin de l’année, le numéro 24 pourrait devenir joueur autonome sans compensation.

Depuis l’élimination du CH au premier tour des séries face aux Flyers, Danault a souvent parlé de sa situation contractuelle. Dans le meilleur des mondes, il aurait aimé se présenter au camp avec une prolongation de contrat en poche. Mais ce n’est pas ce qui est arrivé, les négociations restant au point mort.

Quand on lui demande s’il est en paix avec cette situation délicate, l’ancien choix de premier tour des Blackhawks de Chicago se tient bien loin d’une controverse.

«Oui, absolument, je suis en paix, a-t-il répliqué. Il fallait que je sois en paix pour performer à ma juste valeur. C’est correct, ça fait partie de la business. Il ne pouvait pas signer tous les joueurs non plus.»

Au cours de la saison morte, Marc Bergevin a offert des prolongations de contrat à Brendan Gallagher (six ans et 39 millions) et Jeff Petry (quatre ans et 25 millions).

Une question de fierté

Avec le plafond salarial qui restera stable à 81,5 millions pour les prochaines saisons, Bergevin n’aura pas l’occasion de satisfaire les appétits salariaux de tous ses joueurs. La pointe de tarte deviendra logiquement plus mince, surtout que Kotkaniemi aura besoin d’un nouveau contrat pour la saison 2021-2022 et Suzuki passera à la banque en 2022-2023.

Danault laissera cette logique comptable à ses agents, Don Meehan et Stéphane Fiset. Plusieurs joueurs ont comme mentalité de ne pas négocier un contrat en plein cœur d’une saison. Le Québécois aura-t-il cette approche?

«Je n’ai aucune idée, a-t-il répondu. Je laisse ça entre les mains de mon agent. J’ai comme mission d’honorer avec fierté ma dernière année de contrat avec le Canadien. J’aurai de grosses missions cette année. Je jouerai encore contre de gros trios, contre des équipes qui ont de l’expérience. Je me concentre là-dessus.»

Danault a toutefois précisé qu’il n’y avait pas eu de discussions avec Bergevin au cours des dernières semaines.

L’éléphant dans la pièce

Martin McGuire, la voix du CH sur les ondes du 98,5, a utilisé l’expression de l’éléphant dans la pièce pour commenter la situation contractuelle de Danault avec le CH. Un peu tout le monde sait que l’éléphant pourrait prendre de la place. Claude Julien ne craint toutefois pas un débordement négatif.

«Tu gères ton équipe et ton joueur de la même façon, a mentionné Julien. Phil est un bon joueur de hockey. Il aura un autre contrat, peu importe quand ça arrivera. Ce n’est pas trop une inquiétude. Ce qui est important pour nous, c’est de bien l’utiliser. On utilisera Phil pour qu’il aide l’équipe. Il faut gérer la situation actuelle sans se casser la tête avec ça même si c’est plus gros pour Phil que moi comme entraîneur. Je ressens qu’il est confortable avec ça, il veut connaître une bonne saison. On espèrera que les choses tomberont en place éventuellement.»

Un mentor

À l’image du tour de qualifications face aux Penguins et au premier tour des séries contre les Flyers, le CH comptera sur de très jeunes centres. Danault sera le plus vieux à 27 ans, suivi par Jake Evans à 24 ans, Nick Suzuki à 21 ans et Jesperi Kotkaniemi à 20 ans.

Si Danault a 339 matchs dans la LNH derrière sa cravate, les trois autres centres du Tricolore en comptent un total de 199.

«Phil aura une grosse influence pour nous, a rappelé Kotkaniemi qui a joué 115 matchs en carrière. Il sera un mentor, il nous enseigne des trucs tous les jours. Il est dans la LNH depuis assez longtemps. Sa simple présence sera rassurante pour nous.»

En visioconférence, Claude Julien a aussi décrit l’impact de Danault pour les plus jeunes.

«Des joueurs comme Phil peuvent partager leurs connaissances et leurs expériences puisqu’ils sont dans la LNH depuis un certain temps, a expliqué Julien. On sait tous qu’il est très bon dans les deux sens de la patinoire. Il est aussi notre meilleur joueur au cercle des mises en jeu. Il aidera les jeunes.»

Voyez le point de presse de Phillip Danault dans la vidéo ci-dessus.