Canadiens de Montréal

Kotkaniemi veut lancer plus souvent

Publié | Mis à jour

Au cours des trois dernières saisons, pas un joueur du Canadien n’a dirigé plus de tirs au filet que Brendan Gallagher. Il y a deux ans, il avait mis à l’épreuve les gardiens adverses à 302 occasions!

En faire autant que son fougueux coéquipier serait peut-être placer la barre un peu haute. Toutefois, Jesperi Kotkaniemi a bien l’intention de dégainer plus souvent.

«J’aime passer la rondelle et j’aime tirer au but. Par contre, je crois que, cette année, il faudrait que je sois un peu plus actif au niveau des tirs. J’avais commencé à le faire dans la bulle. Ça m’a permis de marquer et d’aider l’équipe à gagner.»

Dans la bulle torontoise, Kotkaniemi avait touché la cible à quatre reprises. Un sommet au sein de l’équipe, à égalité avec Nick Suzuki. Quatre buts sur 11 lancers. On parle d’un pourcentage de succès de 36,4 %. Assez impressionnant.

Si l’on se fie aux propos de Jake Allen qui, plus tôt cette semaine, a qualifié le tir de son nouveau coéquipier de «tir d’une classe à part», on peut en déduire que la vélocité de celui-ci s’est encore améliorée.

«On a toujours trouvé qu’il avait un bon tir. Même à sa première année. On était surpris par la lourdeur du lancer qu’il avait pour un joueur de 18 ans. Deux ans plus tard, il est maintenant plus fort et a acquis de l’expérience, a déclaré Claude Julien. Ça fait en sorte que son tir est encore plus puissant.»

«C’est devenu une arme très efficace. Et on souhaite qu’il s’en serve de plus en plus, a-t-il poursuivi. Il va assurément marquer beaucoup de buts s’il l’utilise de la bonne façon.»

D’ailleurs, comptez sur le Franco-Ontarien pour le lui rappeler souvent.

«J’avais eu ce genre de discussion avec Max Domi. Je lui avais dit de penser plus à tirer au but. Cette saison-là, ça l’avait beaucoup aidé [il avait marqué 28 buts]. Parfois, tu dois être égoïste avec la rondelle», a-t-il soutenu.

Dans une position favorable

Julien compte bien placer l’attaquant dans une situation où il pourra mettre son tir à contribution. À commencer par l’attaque massive, où Kotkaniemi aura le loisir de s’élancer depuis le haut des cercles de mise en jeu.

«En le plaçant du côté inversé, on espère qu’il pourra se servir de son arsenal. C’est certain qu’il possède un bon tir sur réception. Mais il peut également se servir de son tir des poignets. Sa dégaine est très rapide», a expliqué l’entraîneur-chef du Canadien.

«Je me sens à l’aise autant dans le rôle de fabricant de jeu que dans celui de tireur. Que ce soit moi ou Tuna [Tomas Tatar], on va essayer d’envoyer des rondelles au filet en espérant qu’il en résultera quelque chose de bon», a mentionné le principal intéressé.

À forces égales, à titre de joueur de centre, son mandat sera, à première vue, d’alimenter ses ailiers : Tyler Toffoli et Joel Armia.

S’il en est un qui aime bien utiliser son lancer, c’est bien l’ancien joueur des Kings de Los Angeles et des Canucks de Vancouver.

L’Ontarien dégaine, habituellement, plus de 200 fois par saison. En 2017-2018, il a atteint un sommet personnel en décochant 251 tirs.

La présence du vétéran Toffoli à ses côtés limitera-t-elle les intentions du jeune athlète? Julien espère que ce sera plutôt l’effet contraire.

«Toffoli peut lui servir d’exemple. Mais, il peut également l’encourager à tirer plus. Un jeune est beaucoup plus à l’aise quand un vétéran rentre au banc et lui dit qu’il ne doit pas chercher à lui remettre la rondelle à tout prix plutôt que de l’entendre chialer parce qu’il ne lui a pas fait de passe.»

Séjour profitable en Finlande

Kotkaniemi est impressionnant depuis le début du camp d’entraînement. Visiblement plus confiant en ses moyens, il n’a pas hésité à utiliser son corps, à foncer au filet, à batailler pour la rondelle et même à effectuer quelques feintes un peu risquées lors du match simulé de vendredi matin.

C’est de bon augure, alors que le temps de préparation a été réduit au minimum avant le début de la saison. Les 10 matchs qu’il a disputés à Pori (sa ville natale), dans la Liiga de Finlande, aux mois d’octobre et novembre, n’y sont sans doute pas étrangers.

«Je pense que ça va m’aider. Ces parties en Finlande m’ont permis de vivre l’intensité d’un match. C’est comme si j’avais eu l’occasion de jouer des matchs préparatoires. Ça fait en sorte que je suis prêt.»

Kotkaniemi a profité de ce séjour prolongé en Finlande pour travailler sur son coup de patin avec un entraîneur personnel. Il semble plutôt fier du résultat.

 Voyez le point de presse de «KK» dans la vidéo ci-dessus.