Crédit : Photo d'archives, AFP

LNH

Une préparation particulière pour Elvis Merzlikins

Publié | Mis à jour

Avant le début de la dernière campagne, le gardien Elvis Merzlikins ne savait pas trop à quoi s’attendre, puisqu’il n’avait pas disputé un seul match en carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH), mais avec maintenant une année d’expérience à son actif, il a pu ajuster sa préparation de la saison morte en conséquence.

Le Letton de 26 ans a passé le plus clair de son temps en Europe dernièrement afin de se préparer à la prochaine saison des Blue Jackets de Columbus. Il a consacré cinq jours par semaine à son entraînement, tout en voyageant à Lausanne pour prendre un répit et renouer avec le HC Lugano, l’équipe de la Ligue nationale suisse pour laquelle il a joué pendant six ans.

Néanmoins, la programmation a été compliquée à faire en raison de la pandémie.

«Habituellement, on sait quand commencer tranquillement durant l’été, puis quand y aller plus fort et quand arrêter pour des vacances. Normalement, on quitte pour une semaine quelque part en Europe afin de s’éloigner du hockey et on revient au travail ensuite. Là, c’est dur, car on ne peut aller n’importe où. Ce fut ardu de trouver une destination et même avec une bonne préparation, on ne connaît pas la date où on pourra jouer», a déclaré Merzlikins au site officiel des Jackets.

Objectifs différents

En attendant, il a modifié son approche comparativement à celle précédant son arrivée en Ohio à l’été 2019. À l’époque, le gardien souhaitait simplement être prêt à affronter les rigueurs du calendrier régulier en se concentrant sur sa condition physique. Il a porté son attention sur les exercices visant à améliorer son rythme cardiovasculaire. Cette année, il a davantage œuvré à améliorer ses aptitudes.

«L’an passé, je ne savais pas à quoi m’attendre de la LNH. Je savais seulement qu’il s’agissait de la meilleure ligue au monde. C’était les meilleurs joueurs, donc je travaillais plus fort sur mon cardio. Je courais beaucoup et complétait plusieurs circuits. Aujourd’hui, je connais la ligue; en fait, je sais un peu mieux comment elle fonctionne et comment le hockey y est joué. Je ne me suis pas attardé sur le cardio, car je sais à quel point la LNH est dure. Je pensais plutôt à renforcer mes hanches, mon dos et tout l’essentiel», a-t-il ajouté.

Parmi les moyens utilisés pour y parvenir, Merzliins a évoqué le gros ballon qui est présent dans de nombreux gymnases. Il dit avoir maîtrisé l’art de demeurer en équilibre sur une surface instable. Il a été tenté par l’expérience après avoir vu l’un de ses entraîneurs en Europe s’exécuter au cours de la dernière saison.

«Lorsque vous êtes sur le ballon, vous devez tout équilibrer, a-t-il dit. Vous ne pouvez pas simplement vous tenir sur ça si facilement. Seulement pour garder mes genoux stables et ne pas bouger, il m’a fallu quelques jours de pratique. Puis, juste pour demeurer sur le ballon, ça m’a pris une semaine. J’essayais et j’essayais, et à la fin, je pouvais sauter en restant stable.»